Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 15:48

Biennale de Lyon dissidente  

BAC OUT

 

NON à la violence des riches contre la création artistique !
NON aux politiques d'austérité imposées par une classe politique ringarde et décatie !

Art Contemporain 2015 

La Biennale numérique de Lyon d’art contemporain dissidente BAC OUT ouvrira une nouvelle page en septembre 2015 avec ces mots :  

 

France

les politiciens français assassinent vos artistes

notre liberté d'expression

avec l'argent du contribuable ! 

un mode culturel 

où les 

délits de favoritisme

le clientélisme 

&

les conflits d'intérêts 

sont rois ! 

-

 

Le mot "moderne" de Thierry Raspail est pour faire taire les artistes plasticiens face à la crise économique, face à la grave crise politique en France et pour plaire aux élus de gauche comme de droite avec un commissaire d'exposition américain Ralph Rugoff à sa botte. Obtenir cette manne financière de plus de 10 millions d'euros pour une biennale d'art contemporain qui renforce la notoriété de Thierry Raspail dans ce petit milieu très fermé de l'art contemporain international ne se fait pas sans compromission ! 

-

Il est évident que  le choix de Ralph Rugof curateur américain n'est pas étrangé au TAFTA accord commercial trans-atlantique entre l'Union Européenne et les Etats Unis, le Trans-Atlantic Free Trade Agreement connu sous le nom de TTIP, Transatlantic Trade and Investment Partnership ou Partenariat Transatlantique de Commerce et d'Investissement est ce projet d'accord commercial négocié dans le plus grand secret et d'une façon anti-démocratique entre l'Union européenne et les États-Unis ! Petit rappel monsieur Thierry Raspail s'est déclaré favorable à la mondialisation dans la presse depuis de nombreuses années lors d'une précédente biennale. 

Cet accord commercial va contre les intérêts des artistes plasticiens auteurs créateurs français car le droit moral sur leurs oeuvres (art. L.121-1 et L.121-5 du Code de la Propriété Intellectuelle) sera passé à la trappe comme une longue liste de conventions internationales qui protègent leur activité artistique mais que les Etats Unis n'ont jamais ratifiées. Le droit américain s'imposera en art contemporain comme pour l'industrie, le commerce, le social, le syndicalisme, le milieu associatif et le rôle des sectes dans l'espace public. 

-

biennale de lyon 2015

biennale de lyon 2015

biennale Lyon art contemporain 2015

biennale Lyon art contemporain 2015

Lyon biennale 2015

Lyon biennale 2015

Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 20:51

Le blog de la biennale de Lyon art contemporain dissidente BAC OUT est en cours de rénovation.

 

La plateforme d'Overblog a changé et nous oblige à refaire le design de notre blog de notre biennale dissidente contre la biennale officielle internationale d'art contemporain de Lyon riche à dizaine de millions d'euros pendant que les artistes plasticiens crèvent d'austérité en France, interdits d'ateliers pour travailler, interdits d'exposition pour montrer leurs œuvres et prétendre à gagner quelques monnaies car une bande d'apparatchiks « cultureux » mis en place par les clans politiques bâtissent leurs carrières avec l'argent public sur le dos des artistes et des citoyens.

 

La Biennale numérique de Lyon d’art contemporain dissidente BAC OUT ouvrira une nouvelle page en 2015 avec les mots « France : on assassine des artistes ».  

 

Notre blog d'artiste est un blog de luttes numériques contre cette culture institutionnelle, cette police symbolique, cette instrumentalisation politique de l'espace urbain, culturel et artistique, et cette instrumentalisation de nos vies de citoyen lambda ou d'artistes plasticiens qui nous retirent la souveraineté de concevoir la culture comme une continuité exogène de l'évolution de l'humanité. L’espace public n’est pas au service d’une mise en spectacle du marché international véreux de l'art contemporain dans les plis spéculatifs de la globalisation de la culture néolibérale. L'art ou la création artistique sont un registre incertain, fragile, éphémère de la culture et non une acclimatation sociale à une société en crise et à une culture en crise fruits d’une classe politique en crise qui nous plonge dans une austérité injustifiée qui enrichie les puissants, les voyous et les oligarchies... 

 

France : Exécution et peine de mort contre 5 artistes dessinateurs accusés de caricatures areligieuses. 

Nous pensons aux artistes dessinateurs caricaturistes de Charlie hebdo lâchement assassinés dans leurs locaux car c'est bien des artistes qui ont été mis à mort à la mitraillette en raison de la nature de leurs œuvres et de leurs dessins. Le dessin est la quintessence des arts plastiques, sans dessin, il n'y a pas de peinture, de sculpture, d'architecture, de dessins animés, de bandes dessinées, de 2D, de 3D... À Cabu, à Wolinski, à Charb, à Tignous, à Honoré, et à Reiser décédé en 1983...

 

Lili-oto

 

BAC-OUT-1.jpg

 

Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 14:37

La biennale de Lyon d’art contemporain est finie pour cette version 2013-14, une biennale d’art contemporain sous la censure. Quelle censure ? 

Il n’y a eu aucun débat de fond avec les artistes en dehors de ce système institutionnel, c’est un art contemporain en vase clos avec uniquement des artistes plasticiens accrédités par les institutions, le pouvoir politique local et le pouvoir des grandes entreprises. 

Il n’y a pas au sein de la presse locale ou nationale de débat contradictoire, de controverse sur le bienfondé de cette biennale d’art contemporain à 10 millions d’euros alors que l’on impose une cure d’austérité à la population à Lyon, dans son agglomération comme dans le Rhône-Alpes. Il n’y a pas d’argent pour augmenter les salaires, pas d’argent pour soutenir les artistes plasticiens, pas d’argent à distribuer au SDF, au RSA, au petits artisans ou aux petits commerçants mais l’argent coule toujours à flot quand les évènements publics vont dans le sens des élus. 

Il n’y a plus d’espace vraiment de liberté pour les artistes puisque ceux qui refusent servilité envers la classe politique et les industriels ou financiers sont interdits d’exposition publique en France, c’est un peu comme sous l’inquisition ou avec les appareils d’états sectaires avec leur population. 

On se demande même pourquoi voter, de la population, franchement, les élus s'en tapent ! 

Lili-oto artiste plasticien

Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 08:42

La biennale de Lyon officielle 2013 ouvrira ses portes cette semaine au mois de septembre mais déjà 524 personnes y étaient au mois de juillet comme le démontre cette capture d'écran que j'ai faite en juillet 2013... « On risque autant à croire trop qu'à croire trop peu ! » disait Diderot. ( Voir ci dessous de cet article l'image de la capture d'écran avec un lien pour l'ouvrir en taille réelle).


Avec un budget entre 7 et dix millions d'euros et un budget de communication énorme, certainement + de 100.000€ mieux vaut être inventif !!!! Dans l'art contemporain, plus on est fou plus on rit ! Et plus on ment et plus on a raison ! C'est l'ART avec un grand A dit Lili-oto mais avec un A sans Amour !

Il faut en rire ! Lorsque les artistes expliquent à la presse qui fait silence sur cet usage abusif de la propagande comme c’est le cas avec la biennale de Lyon qui écrase réellement les artistes plasticiens non-initiés ou non validés pour les expositions publiques par les institutions et le pouvoir politique local, des artistes qui ne peuvent plus exposés en France, des artistes qui ne peuvent plus gagner leur vie... Il y a des silences qui pèsent lourd et humainement condamnable...

Une propagande permise car cette biennale de Lyon comme tous les évènements publics dans l’art contemporain en France sont gérés dans une opacité la plus totale…

Quel est le budget exact de cette biennale de Lyon 2013 ?

Quel est son budget de communication ou de propagande de cette biennale de Lyon ?

Combien gagne Thierry Raspail, directeur autoproclamé artistique de cette biennale de Lyon qui cumule les fonctions avec celle du musée ?

Combien gagne le commissaire d’exposition de cette biennale de Lyon ?

Est-ce que les artistes sont tous payés conformément à la loi et en vertu de leurs droits d’exposition ou de présentation (monstration) ? Si oui, combien ? Sinon, c’est l’esclavage et des abus de position de tous ceux qui profitent de ce système, commissaires d’exposition, directeur de biennale et élus…

Et des questions, cher public, il y en a ! Comme des interrogations sur le choix des artistes comme celui de Jeff Koons. Jeff Koons, un artiste adulé, encensé et cajolé  par le néo libéralisme culturel mondial, artiste chouchou du grand et richissime collectionneur français François Pinault, un artiste qui avait travaillé à Wall Street, un artiste choyé sous l’ère Sarkozy avec son exposition au Château de Versailles, un artiste auto entrepreneur avec sa fabrique ou son entreprise d'environ 100 salariés…

Ces artistes auto entrepreneur c’est quand même la régression la plus totale ! C’est le statut des artisans peintres et sculpteurs au Moyen Age, car le statut ou plutôt le concept d’artiste n’est apparu qu’à la fin du 17e siècle après de longues luttes. Lorsque l’académie en 1648 a été créée en France, la requête lue pour sa création demandait de libérer les peintres et les sculpteurs de leurs bourreaux : les corporations d’artisans peintres et sculpteurs. Alors que le Parti socialiste avec Hollande encensent les artistes qui militent pour une telle régression comme Koons, Buren et d’autres qui sont à la mode, je ne vois pas où sont les valeurs de gauche ou tout simplement humanistes !

En 2012 François Hollande est élu et en 2013 comme sous l'ère Sarkozy, Jeff Koons est exposé à la biennale de Lyon, la culture Bling Bling. En France, l’alternance politique ne concerne pas la culture dans l’art contemporain ! Les artistes plasticiens depuis 35 ans voient défiler les mêmes aux postes-clés et toujours les mêmes artistes blacklistés quel que soit le gouvernement.

Note d’humour : les décisions doivent se prendre dans des lieux ultra secrets, une création artistique sous haute protection, concurrence internationale oblige !

Par contre, on salut l’artiste peintre Erró, ce sympathique Erró …

Bienvenue à la biennale de Lyon dissidente online BAC OUT née en 1993 sur les pentes de la Croix Rousse et sous la plume de son artiste plasticien Lili-oto…

biennale de lyon officielle

biennale a lyon

 

biennale de lyon artistes

biennale-de-lyon

 

Clik pour lire les articles ci-dessous : 

Biennale de Lyon 2013 l’artiste controverse l’artiste
La biennale de Lyon 2013 d'art contemporain
La biennale de Lyon 2013 aime les idées d’extrême droite
Images de la biennale de Lyon 2013

Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 23:40

« Lorsque l’artiste controverse l’artiste 

L'artiste controverse le pouvoir ! »


L'artiste plasticien français Lili-Oto connu sur Internet pour ses controverses relance sa biennale de Lyon dissidente online BAC OUT d'art contemporain 2013 qui ouvre virtuellement ses portes sur le WEB en cette rentrée de septembre 2013.


Lili-oto nous livre sa nouvelle version artistique de sa petite biennale d'art contemporain inscrite dans la tradition des luttes numériques dans la création artistique après ses biennales de 2009 et 2011.


Cette biennale de Lyon dissidente a été créée en 1993 à Lyon sur les pentes de la Croix Rousse sous une mairie de droite avec Thierry Raspail comme directeur du musée d'art contemporain et de la biennale officielle. La biennale reste toujours dans la provocation, un penchant Dada voir situationniste mais toujours relativiste, avec une liberté de ton connu pour faire les malheurs de cet artiste et dans une dérision globale. L'artiste avait organisé une exposition contre Nicolas Sarkozy sous sa présidence : " La grande Sarkolade ou petit memento de la sottise contemporaine" en hommage à Honoré Daumier qui avait fait de la prison pour avoir caricaturé Louis-Philippe.  Avec sa biennale de Lyon dissidente et immatérielle, Lili-oto  nous offre une réalité augmentée de l'art contemporain et de ses artistes créateurs, potentiellement consignée dans les nouvelles émergences artistiques et fortement alternative.

 

l’artiste controverse l’artiste !


 

Une biennale de Lyon dissidente mais pédagogique ; sociologie de l'art et politique culturelle sont au rendez-vous. L'artiste dénonce toujours les programmations et les sélections d'artistes qui sont dans l'art contemporain totalement opaques pour le citoyen lambda et pour les artistes écartés par les institutions d'art contemporain, le pouvoir culturel et nos élus.


 

biennale-de-Lyon

 


biennale de lyon 2013

 

biennale de lyon artistes

 

biennale de lyon exposition

Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 13:16

Le refus de toute forme de transparence culturelle est une volonté d’autonomisation de la classe politique : une externalisation de ses mandats et de ses pouvoirs, le rejet de la démocratie.

La biennale de Lyon 2013 est le reflet de l’opacité culturelle en France. La biennale internationale de Lyon est le miroir de l’injustice culturelle construite sur des zones d’exclusion artistique et culturelle en violation avec les conventions et traités internationaux qui protègent l’expression culturelle, ses diversités et ses singularités.

En France, l’opacité dans la culture est une règle étatique, le citoyen lambda est écarté du droit de regard sur la gestion des deniers publics en matière de culture et d’art. La biennale de Lyon applique cette règle qui fait de cet évènement culturel un écran sur l’utilisation de l’argent du contribuable dans les choix des registres culturels, un écran sur les choix possibles de ses modes d’expression, et voile ainsi d’éventuelles nouvelles émergences ou alternatives.

Dans les arts plastiques les modes de présentation publique des œuvres échappent de plus en plus à la volonté de l’artiste des arts traditionnels comme la peinture, la sculpture ou le dessin aux arts plus contemporains comme la performance, l’art conceptuel, de l’art numérique ou multimédia, etc. C’est un vieux débat qui remonte au 17e siècle, aujourd’hui les politiciens de droite comme de gauche ont décidé que les technocrates de l’art avaient pouvoir sur l’artiste, à la fin du 17e siècle, c’était le lettré. Ces politiques culturelles ringardes communes à l’ancien régime et aux républiques autoritaires n’ont qu’une seule mission : minimiser la liberté d’expression chez l’individu.

Cette dissociation entre l’espace d’exposition, l’œuvre et l’artiste privilégie l’initiation. Aujourd’hui l’institution d’art contemporain vit des mêmes travers rituels que l’académie de peinture et de sculpture autrefois. La perception esthétique évolue avec le temps et les nouveautés imposées par les artistes mais la perception sociale de l’artiste dans la société régresse, on assiste à une prolétarisation de son activité et de sa pratique artistique, il devient un auto-entrepreneur culturel au service de l'élu.

Dans une biennale d’art contemporain, ce sont le directeur artistique et le commissaire d’exposition qui sont les véritables professionnels de l’évènement. C’est une nouvelle construction sociale de l’ordre de la grandeur imposée par les élus aussi bien de droite que les élus de la gauche dite réformatrice, des élus qui forment ensembles le cercle des néo libéraux. Le talent n’est plus dans une biennale d’art contemporain une aptitude, une capacité ou une faculté artistique de l’artiste. Le talent est aujourd’hui l’exclusivité du médiateur culturel (le commissaire d’exposition) dans sa capacité à réunir autour de sa personne et en son nom afin d’imposer son statut de médiateur comme statut d’auteur et déposséder ainsi les artistes de leur statut naturel d’auteur. C’est toujours la marque d’une civilisation médiocre, lorsque le pouvoir politique ne fait plus autorité et qu’il use de subterfuge pour s’imposer autoritairement.

La valeur d’une biennale d’art contemporain ne repose plus sur des critères inhérents à ses artistes et aux œuvres exposées mais à la réputation de son médiateur qui grâce à la démesure et l’extravagance des budgets de communication célèbrera, magnifiera ou divinisera l’évènement dans sa mise en scène.

La réussite d’une biennale d’art contemporain ne réside pas dans le jugement esthétique mais dans la nature de son édition favorable à une propension médiatique, ou de la « manière à faire l’évènement ». La notoriété et la popularité recherchées sont les drapés de la classe ou de la caste politique commanditaire de l’évènement. De bonnes vieilles méthodes politiques du détournement déjà en exercice sous l’Antique.

Ce statut d’auteur, est-ce si important ? Pourquoi ces petits flics de l’art, commissaires d’exposition revendiquent-ils ce statut d’auteur, un statut naturel chez l’artiste créateur. Le statut en soi a peu d’importance, c’est la négation de l’être créatif, « le poète de sa propre existence » qui est visé et ciblé par ces technocrates culturels. Des technocrates des arts incapables d’être les poètes de leur propre existence et qui se greffent sur la vie des artistes, bourgeonnent sur la vie des autres car ils sont technocrates et stériles d’ailleurs.

Bienvenue à la biennale d'art contemporain de Lyon, biennale dissidente BAC OUT née en 1993 sur les pentes de la Croix Rousse et toujours présente par le Web, connue pour ses controverses et sa liberté de ton.

biennale de lyon france

 

"Rien n’est vrai qui force à exclure" disait Albert Camus

Clik pour lire les articles ci-dessous :

La biennale de Lyon 2013 d'art contemporain
La biennale de Lyon 2013 aime les idées d’extrême droite
Images de la biennale de Lyon 2013

Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 12:57

La biennale officielle d'art contemporain de Lyon 2013 a l’intitulé :
« Entre-temps… Brusquement, Et ensuite »
 

Et ensuite quoi ? Ensuite débarquera la biennale de 2015, 2017, 2019… 
 

Combien coute la communication de la biennale de Lyon 2013, plus d’un million d’euros ?  

Combien coute le budget total de cette biennale de Lyon : 7 ou 8 millions d'euros ? C'est de la folie ! En plus, il pleut des biennales d'art contemporain de partout en France !
 

La BAC OUT biennale dissidente d'art contemporain est interdite d'exposition sur le territoire lyonnais car elle est trop attachée à sa liberté, à son indépendance d'esprit et de ton mais la BAC OUT répond avec sens à la biennale officielle de Lyon 2013 car les artistes plasticiens n'ont pas besoin de commissaires d'exposition pour leur voler leur droit de parole :
 

Du trépas de vieux arrières-mondes politiques

Survient violement l’Entre-temps

 D’ensuite : formule de style d’une négation des négations

Corrélativement, plus que brusquement

Révèle les spontanéités d’une création sans obligation, ni sanction

L’avènement de cultures et de libertés inédites.

-

Lili-oto artiste plasticien

Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 17:24

La biennale officielle d’art contemporain de Lyon 2013 qui coûte plus de 7 millions d'euros ce calque sur le discours réactionnaire de l’extrême-droite en France. Un discours en rupture avec toutes les gauches, les libres penseurs, les laïques et toutes les formes d'alternatives politiques et culturelles qui s'opposent aux conservateurs et aux ultras conservateurs. Nous assistons bien à un grave glissement populiste des institutions dirigées par des partis de gouvernement.

Être artiste aujourd'hui et exposer dans ces biennales officielles d'art contemporain bridées par les élus locaux, c'est faire le figurant dans des biennales officielles au service uniquement du marketing politique des élus pour des élections en devenir. Une figuration artistique vécue comme une simple prestation de service donnant un rôle boiteux, médiocre, inacceptable et inadmissible de la place réelle de l'artiste dans la société. Ces artistes plasticiens auteurs créateurs sélectionnés dans une opacité totale sont aujourd’hui réduits comme au Moyen Âge à jouer le rôle d’artiste de cour, des "lumpenartist". Ces artistes sont muets comme des carpes face aux dérives autoritaires et aux abus scandaleux de la classe politique française.

ALERTE en Italie : le Vatican a désormais son propre pavillon artistique à la 55e Biennale Internationale d’Art de Venise. La biennale de Lyon BAC OUT et l’artiste Lili-Oto sont contre et ils le disent ! Nous sommes opposés à cette intrusion scandaleuse de l’église dans l’art, que l’église s’écarte de la création contemporaine, quelle régression et quelle honte ! Petit rappel : Michel-Ange au risque de sa vie (et de la torture) tenant tête au pape Paul IV qui lui avait demandé en 1555 de rendre plus convenable Le jugement dernier à la Chapelle Sixtine lui a envoyé dans la figure : « Qu’il fasse du monde un endroit convenable, et la peinture suivra vite le même chemin… ». Nous pourrions dire la même chose aujourd'hui à la classe politique et au grand patronat.

Au même moment, SCANDALE en France : Pour la présentation officielle devant la presse de la biennale internationale d’art contemporain de Lyon 2013, le maire socialiste de Lyon et les dirigeants de la biennale de Lyon Thierry Raspail et son flic commissaire d’exposition Gunnar B. Kvaran ont présenté le programme 2013 dans une église, l’église Saint-Just à Lyon. Gérard Collomb maire socialiste de Lyon a présenté la biennale officielle d’art contemporain de Lyon avec un discours d’extrême droite soulignant avec insistance que Lyon est dans le berceau de la chrétienté, mais pas un mot sur le coût réel de cet évènement (environ 7 millions d'euros), sur le coût réel de son marketing (+ de 700.000€ de propagande), enfin comme rien ne change avec les élus, l'opacité est donc de règle en France. Puis, le président socialiste du Conseil Régional de la Région Rhône Alpes Jean-Jack Queyranne a salué le pavillon du Vatican à la 55e Biennale Internationale d’Art de Venise, se disant officiellement heureux de cette initiative et il rajoute : « ce qui démontre que l’église est présente en matière d’art contemporain ». SCANDALEUX ! Déjà à la biennale d’art contemporain de Lyon en 2009, son autoproclamé directeur artistique Thierry Raspail avait clamé haut et fort qu’il était pour la mondialisation. Aujourd’hui, les néo libéraux de droite ou du PS réaffirment avec l’art contemporain et ce discours déviant vichyste leurs véritables intentions : un repli culturel ultra conservateur et indigne. Nous assistons bien au nom d’un soi-disant art contemporain à une régression culturelle abjecte et discrétionnaire contraignant les artistes à la servitude et la soumission. Les artistes qui s’y refusent, ces artistes qui osent leurs dire NON, non à leurs manipulations : la sentence est immédiate ; vivre dans l’exclusion sociale et artistique. Je rappelle que les pays laïques disparaissent un par un dans le monde, nous allons être bientôt le dernier. Le maire socialiste de Lyon et le président socialiste de la région Rhône Alpes devraient prendre leurs cartes à l’extrême-droite et assumer ce qu’ils sont réellement... Quant aux artistes qui exposeront en septembre 2013 à Lyon pour cette biennale d’art contemporain qui coute + de 7 millions d’euros dans ces conditions politiques et culturelles, franchement, je ne les envie pas ! Ils sont malheureusement prêts à accepter tout et n’importe quoi jusqu’à ces graves dérives politiques pour exposer, ça nous fend le cœur à nous artistes contemporains qui résistons contre cette mainmise des clans politiques affairistes avec leurs institutionnels sur la création contemporaine en France. L’argent public du contribuable est gaspillé, dilapidé, englouti par les élus pour assouvir leur marketing politique au service uniquement de leurs privilèges (cumul des mandats et des fonctions) et de leur soif de pouvoir.

Pendant que des dizaines de millions d’euros valsent tous les ans pour cet art contemporain servile au pouvoir politique et économique, à Paris, à Marseille, à Lyon, à Toulouse, à Bordeaux, à Nice, à Nantes, à Strasbourg, les trois quart des artistes comme une partie de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté victimes d’une austérité infondée et insoutenable en France comme ailleurs. Nous votons uniquement pour des clans politico-affairistes et nous constatons qu’il n’y a plus d’alternance politique et culturelle en France.

La biennale de Lyon d'art contemporain 2013 BAC OUT est toujours présente sur le net ou le web car depuis de longues années nous résistons mais nous ne pouvons plus exposer. Les résistants sont interdits dans ce monde artistique mou et flou qui absorbe, rejette puis élimine toute forme de critique et de libre pensée. Une petite minorité de nantis ont fait main basse sur l'argent public, les artistes ne voient jamais la couleur de cet argent.

 

biennale de lyon


"Rien n’est vrai qui force à exclure" Albert Camus

Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 09:25

Les deux missions principales des institutions d’art contemporain en France comme celles de la biennale de Lyon d'art contemporain au budget de 7 millions d'euros sont l’exclusion des artistes contemporains plasticiens des aides et des expositions publiques et l’opacité totale sur les sélections des artistes plasticiens accompagnée d’une opacité  totale sur la gestion de leurs structures inaccessible au citoyen lambda.

Cette politique culturelle ne connait aucune alternance politique, tout au plus le principe des chaises musicales  (politique de réseau et de copinage) mais aucun changement de fond sur la culture et la gestion des institutions d’art contemporain en France, aucune nouvelle loi cadre, aucune nouvelle mission et surtout aucune transparence sur les méthodes en vigueur dans ces structures para artistiques avec ce nouveau gouvernement Hollande et sa ministre de la culture Aurélie Filippetti.

La biennale de Lyon, Les musées d’art contemporain, les FRAC Fonds régional d'art contemporain : un par région, les DRAC direction régionale des affaires culturelles petite préfecture de l’art, le CNAP Centre national des arts plastiques qui soutient la création contemporaine selon ses propres points de vue et surtout ses propres intérêts continuent tous ensembles dans l’impunité la plus totale comme sous Nicolas Sarkozy de déployer une politique culturelle coercitive avec leurs sales injustices vis-à-vis de la communauté artistique en France. Les artistes contemporains en France souffrent victimes d'une politique culturelle sadique !

 

"Rien n’est vrai qui force à exclure" Albert Camus

 

biennale de lyon

Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 13:50

La biennale de Lyon d'art contemporain bac out continue son activité depuis 1993. Malgré la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, une convention internationale UNESCO, qui s’applique à la France qui l’a ratifiée et qui a l’obligation de l’appliquer : l'expression culturelle est bafouée par le monopole institutionnel sur les espaces publics de diffusion artistique en France. La France est Le règne de l’opacité sur les sélections d’artistes et sur les achats d’œuvres, l’hégémonie des réseaux (Frac, Drac, Cnap, musées d’art contemporain, biennales publiques d’art contemporain…), des communautés d’intérêts (CIPAC), des conflits d’intérêts et des délits d’initiés.

-    Le texte de la convention :

    " Diversité culturelle renvoie à la multiplicité des formes par lesquelles les cultures des groupes et des sociétés trouvent leur expression. Ces expressions se transmettent au sein des groupes et des sociétés entre eux. "

    " La diversité culturelle se manifeste non seulement dans les formes variées à travers lesquelles le patrimoine culturel de l’humanité est exprimé, enrichi et transmis grâce à la variété des expressions culturelles, mais aussi à travers divers modes de création artistique, de production, de diffusion, de distribution et de jouissance des expressions culturelles, quels que soient les moyens et les technologies utilisés. "

    Lorsqu'il s'agit de récession, les conventions internationales s'appliquent automatiquement aux français les plus précaires et les plus pauvres mais lorsqu'il s'agit de culture, de soutien aux artistes, cette convention de l'UNESCO est mise au placard alors qu’elle a la même force juridique que les deux traités signés par le gouvernement Sarkozy et le gouvernement Hollande ! On comprend pourquoi il y a eu de la part des candidats un refus systématique de débattre de la culture à l'élection présidentielle 2012 !

   Aujourd'hui, on nous explique que les réels enjeux culturels et économiques dans l'art contemporain sont l'ISF et ses niches fiscales, bon pour les marchands d'art, bon pour les institutions sponsorisées et bon pour ces richissimes collectionneurs d'art contemporain ( qui achètent que des artistes étrangers ) mais certainement pas pour nous artistes et nos libertés de créer et surtout d'exposer, ce que l'on appelle " l'expression culturelle ", à croire que pour les partis politiques en France, pour les élus et pour les dirigeants des institutions d’art contemporain : " la liberté est un furoncle sur la peau de l'humanité ".

BAC-OUT-1-G.jpg

Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article

Présentation Biennale Lyon Out

  • : la biennale de Lyon
  • la biennale de Lyon
  • : La biennale de Lyon d'art contemporain 2015 bac out est une biennale dissidente d'artistes qui contestent la politique culturelle affairiste de Gérard Collomb et Thierry Raspail
  • Contact

BIENNALE DE LYON 2011

 ILS NOUS VOLENT NOS DROITS DE PAROLE, NOTRE DROIT D'EXPRESSION CULTURELLE SELON NOS PROPRES PRATIQUES et MODES D'EXPRESSIONS :

  APPARATCHIK
COMMISSAIRE D'EXPOS
CURATEUR
CONSERVATEUR
CRITIQUE
SPECULATEUR
MARCHANDS VEREUX
LES PETITS CHEFS DE
L'ART CONTEMPORAIN 2013

ci-dessous le 1er communiqué de la
BAC OUT 2009
biennale-lyon.pdf biennale-lyon.pdf

LINK BIENNALE IN ENGLISH

Lyon Biennial of Contemporary Art Out  ART AND LYON BIENNALE 2009

PRESSE bIENNALE out /Clik sur le document pour le lire :


notre biennale de Lyon

lyon art biennale

Biennale De Lyon 2011 Et 2009