Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 18:17

La biennale de Lyon d’art contemporain 2011 ouvrira ses portes le 15 septembre 2011 dans une opacité totale. Nous avons demandé que les comptes de la biennale de Lyon de 2009 pour l’art contemporain soient  publiés. Nous avons fait appel sur le web aux élus de la ville de Lyon, du département ou de la région Rhône Alpes pour que les comptes de la biennale d’art contemporain de Lyon 2009 qui brasse 6 millions et demi d’euros dont 600.000€ uniquement pour sa propre communication, son marketing et sa réputation puissent être consulté par tous les citoyens et les artistes qui eux vivent dans l’austérité, lettre morte ! Nous ne partageons pas les mêmes valeurs avec ceux qui nous administrent.  Le présent de l’art contemporain en France comme ailleurs est marqué par un grand nombre de sales affaires; délits d’intérêts, délits d’initiés, des successions houleuses d’artistes connus, des fondations gérées scandaleusement, des mises en examen pour des détournements de fonds publics, des ventes aux enchères truquées, des banques offshores qui se sont servies de l’art contemporain comme tremplin pour l’évasion fiscale auprès des grandes fortunes de ce monde , des nominations étranges de conservateurs ou de responsables français d’institutions artistiques désignés à la tête d’institutions en art contemporain dans des paradis fiscaux, etc... Légitiment, nous sommes en droit d’exiger, nous artistes, citoyens, contribuables, de lire les comptes des expositions publiques lorsque l’argent public valse en millions d’euros alors qu’il n’y a pas un centime pour les créateurs auteurs dans ce pays et pour une bonne partie de la population.  Nous avions contesté  il y a deux ans par voie de presse l’opacité sur le choix des artistes et nous avons proposé que la sélection ne relève plus du choix d’un commissaire d’exposition qui les expose en accord avec  le directeur artistique de la biennale de Lyon, mais qu’il y ait un appel d’offre public, lettre morte ! Clientélisme, copinage, réseau sont donc toujours d’actualité à la biennale de Lyon. Nous rappelons que les artistes mis en avant dans ce genre d’évènement public lorsqu’ils sont sous contrat avec une ou des galeries d’art contemporain, agents d’art ou d’artistes, ou sont dans des collections privées voir les protégés de richissimes collectionneurs d’art ne sont présents que pour servir leur réputation qui alimente de fortes plus-values à tous ces spéculateurs. Nous vous informons que si la population française prend de plus en plus de distance avec les partis gouvernementaux, il y a aussi parallèlement un grand nombre d’artistes en France qui eux prennent de plus en plus de distance avec les institutions de l’art contemporain, biennale, musées d’art contemporain, expositions publiques et le marché international  véreux de l’art contemporain. Faut-il rappeler que le responsable de cette biennale de Lyon auto déclaré directeur artistique alors qu’il n’a jamais rien créée de ses dix doigts et pas plus avec son intellect, a déclaré à la biennale version 2009 son amour pour la mondialisation ou la globalisation. Une globalisation néolibérale qui envoie des populations entières comme les grecs ou les espagnols dans la misère et que nous artistes, nous contestons cette mondialisation ou globalisation du néo libéralisme ou de ce capitalisme ultra sauvage. Nous estimons que les artistes participants à cette biennale de Lyon 2011 partagent obligatoirement les points de vue politiques puisqu’ils sont avisés du caractère mondialiste et donc politique de cet évènement selon les choix politiques du dit directeur artistique et conservateur du musée d‘art contemporain de Lyon et de sa commissaire d’exposition,  en osmose avec le maire de Lyon,  les élus de la mairie de Lyon, du Conseil Général du Rhône et du Conseil Régional Rhône-Alpes. Nous sommes d’accord pour que cet évènement soit international, mais international ne signifie mondialisme ou globalisation, même si la notoriété de la biennale de Lyon malgré les mensonges d’une propagande médiatique acquise grâce à ses 600.000€ de markéting est loin d’être au rendez-vous alors que des sommes colossales (6 millions d’€) du contribuable français et lyonnais sont en jeu. Vous remarquerez que quelle que soit l’étiquette politique du maire de Lyon puisque Thierry Raspail est présent à Lyon depuis les années 80, ce sont toujours les mêmes et les mêmes réseaux qui tirent les ficelles de la politique culturelle et artistique de la ville de Lyon dans l’art contemporain, comme dans le département ou la région. Bonjour l’alternance politique et la démocratie culturelle! Nous artistes,  sur le terrain en plus de lutter pour notre survie sociale et économique, faire fasse à l’absence de lieux d’exposition ou d’ateliers, s’affronter à la dureté des modes de coercitions brutaux de l’insertion social, où tout artiste non initié doit se diriger sur la voie de la réinsertion! (on dit artistes initiés et aussi collectionneurs initiés  car tout est opaque et herméneutique en art contemporain dans les institutions et dans le marché de l’art, donc « initié », c’est comme chez les frangins! (frangins=Francs-maçons).  Petit mots sur les frangins : on en parle jamais en art contemporain, ni dans les revues d’art, livres sur la sociologie d’art, histoire de l’art, ethnologie de l’art, psychologie de l’art, il y a une omniprésence de frangins aux postes clés du devenir de l’art contemporain depuis les années 70 voir même bien avant qui s’est renforcé dans les années 80 sous Jacques Lang aussi bien à la délégation des arts plastiques au ministère de la culture que dans les régions avec la décentralisation, que dans les villes. Il est courant de trouver maire, élu à la culture, responsables des institutions, journalistes spécialisés, présidents ou directeurs de Frac, tous abonnés à la franginité dans des loges maçonniques d'obédiences différentes. Idem pour les artistes les plus en vue, de grande réputation tout comme  leurs grands marchands ou agents d’art ou d’artistes, mais c’est un sujet tabou d’en parler. Moi j’en parle j’ai toujours eu des frangins autour de moi depuis les années 80 parfois pour le meilleur, il faut le reconnaitre et bien souvent pour le pire, c’est comme partout ailleurs ! Quant à moi je ne suis pas frangin la fidélité, le grand architecte, les rituels, la culture du réseau, ce ne sont pas mes trucs ! A Lyon, nous devons aussi constater que cette absence de démocratie culturelle aux pouvoirs clos et hermétiques favorisés par les opacités de gestion et d’initiation, d’une réelle alternance politique en art contemporain fait le fond de commerce de l’extrême droite. De plus, les artistes au RSA subissent des tests psychologiques comme l’auteur de cet article qui nous rappelle les périodes noires de l’histoire ; sous les fascismes ou les stalinismes. Il fut une époque où certains artistes (surtout de gauche) étaient décrétés « artistes dégénérés » par le nazisme, où contre-révolutionnaires sous le stalinisme ou le maoïsme. Hier dans « artistes dégénérés », il y avait encore artiste, aujourd’hui des responsables de l’insertion sociale dans des Conseils Généraux (départements)  décrètent dans l’arbitraire si vous êtes artiste ou pas artiste en France en violation des lois françaises et de la chartre internationale signée par la France en 1980 avec l’UNESCO. De « l’autodéfinition », norme internationale (autodéfinition = répertoriée de la sorte en sociologie de l’art) nous passons en France à une dérégulation sociale et artistique des artistes auteurs et créateurs qui ne peuvent bénéficier de ces attributs uniquement selon les bonnes volontés de fonctionnaires, de marchands et d’élus. Les artistes qui échappent à cette nouvelle donne sont les artistes riches ou autonomes financièrement ainsi que les artistes français qui vivent à l’étranger. Voilà, la chasse aux sorcières est de nouveau ouverte en France contre les artistes pauvres ou plutôt exclu ou refusant les magouilles!!! Et vous ne trouverez dans aucunes revues ou magazines d’art contemporain l’information, normal ! Ils font la queue devant le portail de la biennale de Lyon pour obtenir les pub et encarts ou insertions dans leurs canards et les miettes des 600.000€ de marketing et de propagande de la biennale de Lyon. Entreprenariat et éthique sont des valeurs bien souvent antinomiques ! Comme dans ce dit art contemporain, où création et animation culturelle sont les deux facettes dissociées de l’anneau de Moebius.


Auteur : Lili-oto, artiste plasticien depuis 30 ans considéré artistiquement en tant que tel (Lyon, Paris, Bordeaux, Montreuil, Avignon, etc, presse, Tv, même par les institutionnels en art contemporain, ou par exemple dans le médialab Controversies de Sciences-Po Paris, ou même à  Sciences-Po Bordeaux, dans des IUT de com et étudié par des enfants ou des jeunes dans des collèges ou lycées ) mais déclaré après une exposition sur des anticipations urbanistiques qui a dérangé des élus et après mon exposition « la grande Sarkolade » et mes parodies contre le chef de l’état; j’ai donc été socialement et artistiquement déclaré « non artiste » depuis deux ans par les voies officielles d’un Conseil Général de gauche, PS (les artistes de gauche flingués par cette gauche bien pensante et mondialiste au nom de l’ Easthetical Welfare, que je traduis au nom du bien être esthétique mais bon,  welfare state se traduit par état-providence! L’ Easthetical Welfare nous fait penser aux bons portraits de bourgeois sous la renaissance, transformer aujourd’hui en artiste bon animateur composante d’un bon programme culturel pour une bonne élection en devenir pour élus en recherche de judicieux mandats électoraux.  Dommage que nous ne pouvons pas déclarer nous aussi arbitrairement « non éligible » les futurs candidats à la présidence de la république et aux législatives en 2012 !?!

biennale de lyon 

la biennale de Lyon BAC OUT 2011

répond à la biennale officielle de Lyon 2011

 « Une terrible indignation est née »

Une terrible indignation est née en France

comme par le monde

contre cette terrible beauté institutionnelle et marchande néolibérale

dissociée de toute forme d'humanité sans voie et ni voix!

Partager cet article

Repost 0
Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article

commentaires

Présentation Biennale Lyon Out

  • : la biennale de Lyon
  • la biennale de Lyon
  • : La biennale de Lyon d'art contemporain 2015 bac out est une biennale dissidente d'artistes qui contestent la politique culturelle affairiste de Gérard Collomb et Thierry Raspail
  • Contact

BIENNALE DE LYON 2011

 ILS NOUS VOLENT NOS DROITS DE PAROLE, NOTRE DROIT D'EXPRESSION CULTURELLE SELON NOS PROPRES PRATIQUES et MODES D'EXPRESSIONS :

  APPARATCHIK
COMMISSAIRE D'EXPOS
CURATEUR
CONSERVATEUR
CRITIQUE
SPECULATEUR
MARCHANDS VEREUX
LES PETITS CHEFS DE
L'ART CONTEMPORAIN 2013

ci-dessous le 1er communiqué de la
BAC OUT 2009
biennale-lyon.pdf biennale-lyon.pdf

LINK BIENNALE IN ENGLISH

Lyon Biennial of Contemporary Art Out  ART AND LYON BIENNALE 2009

PRESSE bIENNALE out /Clik sur le document pour le lire :


notre biennale de Lyon

lyon art biennale

Biennale De Lyon 2011 Et 2009