Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 10:25
copie du message envoyé à Ben Lewis le 3 décembre 2009:

bonjour Ben Lewis,

Est-ce que c'est sur votre demande que les deux rediffusions prévues en décembre de votre génial documentaire "l'art s'explose" a été déprogrammé sur la chaine de télévision française Arte ? Est-ce que c'est sur votre demande que le public français ne peut plus voir votre documentaire en ligne (online) sur le blog de la chaine de télévision française Arte? La dernière fois où j'ai été voir sur le blog d'Arte votre documentaire, il y avait environ 10000 vues. Votre documentaire intéresse beaucoup les français et plus personne ne peut le voir. Si c'est la cas, nous pensons qu'il y a eu une censure en France car votre documentaire dérange les hommes politiques et les institutions culturelles même si en France nous sommes habitués de cette censure systématique dans les médias ou la presse! Amicalement, lili-oto

Je rajoute sur ce blog ces petites remarques :

il est évident que les dirigeants des institutions françaises et les élus comme la présidente Ségolène Royale du conseil régional Poitou-Charentes et ex présidente du Frac de la région Poitou Charente (Frac = fond régional d'art contemporain) ou Madame Françoise Cartron vice présidente du Conseil régional d'Aquitaine à la culture et ex présidente du Frac de la région Aquitaine ont des comptes à rendre sur l'opacité de la gestion de ces Frac comme d'autres élus avec d'autres frac en région qui ont présidé ces associations d’utilité publique ou tout simplement siégé dans les commissions d'achat d'œuvres d'art contemporain. Le documentaire de Ben Lewis explique les ventes aux enchères internationales truquées avec des pratiques de prix de ventes totalement gonflés avec des ententes illicites entre les acteurs du marché international de l'art contemporain, agents, marchands, galeristes, parfois artistes et salles de vente aux enchères, alors que les artistes américains sont les plus représentés dans nos collections publiques. Les artistes français dénoncent depuis longtemps cette opacité de gestion dans l'art contemporain et pour les 9/10eme d'entre eux l'impossibilité d'exposer en France alors que notre pays est championne du monde d'institutions artistiques et culturelles en art contemporain, Frac, Drac, Cnap, musée d’art contemporain, centre d’art(…). Nous nous posons donc des questions entre ce marché international de l'art truqué et cette omniprésence de l'art américain dans nos collections publiques et cette même omniprésence américaine dans les expositions institutionnelles alors que 9 artistes sur 10 vivant en France ont été exclus de ces espaces d'exposition et ils n'ont depuis 25 ans nulle part où exposer. Nous nous demandons si tout simplement le pays et le contribuable français n'ont pas été volé ou escroqué par des achats d'œuvres surévaluées artificiellement avec des délits d'initiés notoires. Par exemple pourquoi l'exposition de Jeff Koons au château de Versailles alors que la bulle financière internationale de l'art contemporain venait d'exploser ?  Pour maintenir sa cote grâce à une exposition internationale au frais du contribuable français ou pour l'amour de cet art contemporain américain si cher à cet ancien ministre de la culture de Monsieur Chirac ? Nous sommes en droit, nous artistes et contribuables français d’ouvrir ce débat et d’avoir des réponses à nos justes questions ! Quand au si grand nombre d’artistes vivant en France exclus d’exposition publique ce qui est de notoriété internationale depuis plus de 20 ans mais jamais dénoncé dans la presse française hors quelques revues d’art contemporain, cette exclusion est-elle liée à toutes ces arnaques, magouilles, escroqueries dans cette bulle financière spéculative internationale de l’art contemporain en quête permanente de profits juteux, véreux voir mafieux ? Qui tire réellement les ficelles de l’art contemporain en France ? Qui est réellement ce lobby institutionnel soutenu par les élus français avec des dirigeants d’institutions inamovibles car ce sont toujours les mêmes au commande de la destinée de la création dans le dit art contemporain quelque soit la majorité politique qui gagne les élections ?  Pire, on a vu dans la grave crise en 2007 qui a traversée le frac Aquitaine, cette caste inamovible de fonctionnaire de l’art représentant ce lobby qui est venue à Bordeaux et avec Madame Françoise Cartron nommer les « fenêtres closes » la nouvelle directrice du frac Aquitaine alors que les artistes d’Aquitaine voulaient un débat sur la mission du frac Aquitaine et ils avaient en plus de nouvelles propositions de gestion pour cette association. Pourquoi n’y-a-t-il pas en France de démocratie culturelle dans cette gestion de l’art contemporain et donc de notre création contemporaine malgré les textes des conventions internationales que la France a signées et qui donnent obligation aux pays concernés que les artistes soient associées à la gestion institutionnelle de la culture, la création et de l’art contemporain ? Pourquoi sommes-nous exclus, est-ce en raison de toutes ces escroqueries internationales où les artistes vivant en France non conciliant ont été systématiquement écartés ? Cette opacité de gestion n’est-elle pas liée directement à ce marché de l’art truqué et ces escroqueries où tout a été fait pour écarter les artistes trop regardant, trop curieux, où comme je l’explique des artistes de gauche on été écarté par la gauche elle-même depuis 25 ans car il est évident que ces artistes de gauche auraient dénoncé publiquement ces pratiques illicites, ces pratiques de voyous liées directement à des pratiques politiques libérales et ultra libérales et qui explique en plus ce voile et cette opacité qui cache les véritables enjeux de ces institutions culturelles ou artistiques françaises? La presse va-t-elle en France soulever ce débat pour les élections régionales, il ne me semble pas que ce soit le problème de l’immigration qui aurait semble-t-il volé ou escroqué les caisses de l’état où les caisses des conseils régionaux aves des prix d’œuvres d’art maquillées, falsifiées, trichées, dénaturées ! Peut-être qu’une enquête judiciaire pourrait nous éclairer car si on acceptait de rendre publique l’historique des listes depuis 25 ans des membres des commissions d’achats dans les diverses institutions ou associations d’utilité publiques, ceci nous permettrai à nous artistes d’y voir plus clair. Mais peut-être que vérité et démocratie en France ne relèvent plus aussi bien à gauche qu’à droite d’une réalité française mais d’un simple leurre, peut-être que le débat sur l’identité nationale est là pour tourner la page définitivement sur ces deux concepts politiques qui emmerdent sérieusement la classe politique française aujourd’hui dans son ensemble!

Positivons et parlons donc argent !

Parlons d'un autre documentaire « the gates, central park, new York » qui ne manque pas d’intérêt… Je n’ai rien contre le travail artistique de l’artiste américain Christo ou plutôt du couple des Christo ; Christo et Jeanne-Claude (Jeanne-Claude Denat de Guillebon) mais !


Le documentaire montre l’approche des Christo avec les instances municipales de New York pour mener à bien leur projet d’exposition éphémère « the gates, central park, new York » à Central Park, une exposition temporaire d’une durée de deux semaines évaluée à 4 ou 5 millions de dollars. Les Christo demandent des autorisations nécessaires sachant qu’ils trouvent eux-mêmes l’argent de cette réalisation comme ils l’ont fait avec d’autres réalisations à travers le monde, donc rien ne coûte au contribuable et dans ce projet donc rien au contribuable newyorkais.


Après plusieurs rencontres s’organisent un point presse face à des journalistes pour présenter ce projet…


Question d’un journaliste : « Combien ça va coûter ?»
Réponse de Jeanne-Claude : « c’est comme élever un enfant ça coûtera ce que ça coûtera ! »
Le journaliste : « Avez-vous une estimation ? Non. »
Jeanne-Claude :  « Votre mère avait-elle estimé ce que vous lui couteriez ! »
La salle rit.


Ben voyons !!! Ils ne manquent pas de culot, le couple d’artiste! même si le contribuable ne paiera pas , je rappelle que ça coute toujours à quelqu’un ou à quelques uns ! Même si ce sont des mécènes industriels, c’est toujours de l’argent qui ne sera pas donné aux salariés ! Même si c’est le produit des ventes des tableaux de Christo (car c’est lui qui dessine) c’est aussi lorsque les pièces sont vendus dans l’espace public pour les collections publiques comme dans nos chers musées d’art contemporain, donc de l’argent du contribuable et en plus à travers le monde entier y compris bien sûr la France qui a acheté les œuvres de Christo.


Dans le documentaire, les Christo discutent avec Gordon Davis, chef du département des parcs, puisque le projet est à central Park et qu’il faut l’autorisation de son administration.  La question de la somme d’argent (4 à 5 millions de millions de dollars) revient sur la table. Réponse de Jeanne-Claude :  « C’est ça ! Ou m’offrir des diamants, rien d’autre ! » Ben voyons !!!!


Lors d’une autre rencontre avec les Christo, Gordon Davis et Martin Segal du Lincoln Center, voici la réponse de Martin Segal qui tourne autour de la même question au sujet de cette grosse somme d’argent pour une exposition temporaire de deux semaines:
« Qu’il s’agisse ou non de vos fonds personnels, les gens ont une opinion sur l’utilisation de l’argent. La vraie question c’est le sens de cette dépense. » Je rajoute : « merci Monsieur martin Segal.

En France, dans l’institution culturelle et artistique, l’opacité de la gestion de l’art contemporain a permis d’écarter les artistes récalcitrants comme moi-même mais aussi les contribuables français, une opacité et un voile où les élus ont été partie prenante afin que l’électeur ne puisse se poser les véritables questions : «  celles liées au sens de toute dépense et des achats de ces œuvres d’art dont les prix sont surdimensionnés car truqués sur la marché international de l’art contemporain.

Je rappelle que les victimes de cette folie en France qui dure depuis 25 ans, c'est-à-dire depuis le premier boum en 1984 dans l’art contemporain sont les ¾ des artistes français au RMI Rsa aujourd’hui. Ces artistes, eux ont l’obligation face au CLI, pôle emploi, CAF ou conseil général pour pouvoir justifier de cette aide ou d’autres d’aides ponctuelles pour payer leurs factures de se justifier du contenu de leurs dépenses et du sens de leur dépenses. En 2009, en France, il est scandaleux que des élus et haut fonctionnaires se comportent comme une caste de privilégiés, comme dans les réponses de Jeanne-Claude sans avoir à rendre des comptes sur le sens de tous ces achats d'oeuvres d'art payées des fortunes et de ses dépenses en envoyant des milliers d’artistes vivant en France au chaos et à la rue, pourtant porteur non pas de plus value juteuse et véreuse mais de la créativité nécessaire à toute culture.

" Un pays aveugle de sa propre poésie est un pays condamné irrémédiablement aux ténèbres " Lili-oto







Partager cet article

Repost 0
Published by escroquerie et magouille dans l'art - dans biennale de Lyon
commenter cet article

commentaires

Présentation Biennale Lyon Out

  • : la biennale de Lyon
  • la biennale de Lyon
  • : La biennale de Lyon d'art contemporain 2017 bac out est une biennale dissidente d'artistes indépendants contestent la politique culturelle affairiste de Gérard Collomb et Thierry Raspail
  • Contact

BIENNALE DE LYON 2011

 ILS NOUS VOLENT NOS DROITS DE PAROLE, NOTRE DROIT D'EXPRESSION CULTURELLE SELON NOS PROPRES PRATIQUES et MODES D'EXPRESSIONS :

  APPARATCHIK
COMMISSAIRE D'EXPOS
CURATEUR
CONSERVATEUR
CRITIQUE
SPECULATEUR
MARCHANDS VEREUX
LES PETITS CHEFS DE
L'ART CONTEMPORAIN 2013

ci-dessous le 1er communiqué de la
BAC OUT 2009
biennale-lyon.pdf biennale-lyon.pdf

LINK BIENNALE IN ENGLISH

Lyon Biennial of Contemporary Art Out  ART AND LYON BIENNALE 2009

PRESSE bIENNALE out /Clik sur le document pour le lire :


notre biennale de Lyon

lyon art biennale

Biennale De Lyon 2011 Et 2009