Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 19:08
la Bac Out a laissé un long commentaire sur l'art contemporain et la corruption, l'escroquerie, trafic, fraude, extorsion, cote artificielle, fausse valeur, délit et vol en relation avec le documentaire de Ben lewis diffusé sur arte et redifusé lundi. Ce commentaire a été censuré sur cet article : "Vous avez soixante nouveaux messages... " du 21 11 2009.

Je ne suis pas surpris de ce genre de censure avec des soi-disant critiques d'art qui oublient de parler des réalités de ce faux label "art contemporain" inventé de toute pièce et de toutes ces magouilles spéculatives véreuses du marché international de l'art contemporain. Que ça se passe sur Libération ne nous étonne pas non plus! Des années de mensonges et de compromis avec le lobby institutionnel et le marché véreux d'art contemporain sans parler du silence total du journal Libération sur l'exclusion des artistes vivant en France des expositions publiques et surtout des artistes de gauche qui se battent contre le marché unique globaliste et mondialiste ultra libéral et ses magouilles pour paupériser et précariser les populations dans le monde y compris en France... C'est grâce à ce genre de confusion politique stratégique libérale depuis les années 80 qui a envahi la presse soit disant de gauche que nous nous sommes retrouvés avec un Sarkozy au pouvoir en france... Sans oublié que le Libération Lyon ne sait pas prononcé contre la venue d'un commissaire d'exposition chinois à cette biennale qui revient à remettre tout simplement à la junte militaire chinoise qui dirige le pays d'une main de fer une palme d'or, quelle honte!!! Quelle honte de voir patrons français délocalisateurs en Chine totalitaire,  patrons responsables du chômage en France , institutions publiques culturelles et journaux main dans la main pour aller cirer les bottes de ce pouvoir totalitaire. C'est vraiment la gerbe!!!!

Pourquoi en France autant d’artistes au Rsa, pauvres et exclus des expositions par les institutions françaises, musées, centres d’art, Frac, Drac ? Pourquoi cette mode d'exposition d’artistes chinois en France et sur toute la planète? Pourquoi cette opacité scandaleuse dans la gestion de l'art contemporain en France et dans ses institutions culturelles ou artistiques, la non diffusion de la liste des membres de la commission technique (commission d'achat des oeuvres) dans les Frac région ? La fabrication de fausse cote d'artistes, ventes aux enchères truquées dans la sphère de l'art contemporain soutenue par des expositions publiques en France et dans cette bulle spéculative financière internationale si chérie par le lobby dirigeant l'institution et une bulle chérie par les politiques (Ségolène Royale présidente de la région Poitou-Charentes a été présidente du Frac Poitou-Charentes, Française Cartron vice-présidente de la Région Aquitaine à la culture a été présidente du Frac Aquitaine, etc...) et une bulle chérie par des journaux, quotidiens, mensuels ou revues d'art vivant du fruit de sa pub...

La réponse est simple, tout sauf complexe ! Il suffit de voir ou revoir le documentaire de Ben Lewis « l’art s’explose » sur Arte rediffusé le 30 novembre 2009 à 9h55 et vous allez vite comprendre. Comprendre Quoi ? En premier pourquoi les artistes américains sont les plus représentés dans les collections publiques d’artistes contemporains en France. Des artistes montrés, remontrés dans les expositions publiques dans les musées d’art contemporain, dans les grandes expositions françaises, artistes américains achetés dans les Frac ou au Cnap. L’argent du contribuable a valsé sérieusement dans notre pays pour soutenir des magouilles énormes dans la bulle internationale du marché de l’art contemporain. Vous verrez dans ce documentaire comment on monte artificiellement la cote d’artistes en vue à grand coup de millions de dollars avec des ententes entre marchands, galeristes, salle de vente et parfois les artistes eux-mêmes tout en faisant gonfler les prix d’artistes mineurs ou encore peu connus afin que toute la bulle spéculative profite ces profits juteux et véreux, l’art de l’escroquerie ! Le seul problème est que le contribuable français a payé à prix fort l’achat d’œuvres d’art pour les musées ou collections publiques à des prix véreux fruit d’entente illicites ou délits d’initiés, magouilles, pratiques hors-la-loi, fausses enchères, ventes arrangées et maquillées, illégales, qui à la bourse les auraient envoyées tout droit en prison depuis longtemps. Ce documentaire explique les magouilles spéculatives et mafieuses de l’art contemporain et le rôle exact des institutions en France qui sont partie prenante dans cette bulle financière de l’art contemporain. Voilà pourquoi depuis 1984 en France, une véritable politique artistique d’exclusion d’artistes français dans les achats des institutions françaises, dans les expositions françaises, car les institutions culturelles et artistiques françaises avaient d’autres objectifs que de soutenir la création contemporaine française et ses artistes. En France le public n’est que pigeon comme les artistes, les expositions n’étaient que programmer pour soutenir des surenchères véreuses, malhonnêtes, fabriquées de toute pièce dans cette bulle internationale. Une spéculation friponne que l’on retrouve aujourd’hui en Chine et qui explique cette mode en France d’exposer des artistes chinois à toutes les sauces. Voilà pourquoi la France est championne du monde pour son nombre d’institutions dirigées par un véritable lobby institutionnel qui a trempé dans tous ces montages financiers scandaleux et quelle est aussi championne du monde d’artistes en France exclus des espaces de diffusion et qui ne trouvent pas de lieu pour exposer. Ce documentaire donne raison à la biennale Out online contre la biennale de Lyon ainsi qu’à Madame Raymonde MOULIN, sociologue, spécialiste des relations entre art et économie, fondatrice du centre de sociologie des arts au CNRS : “Le marché de l’art est à part. Ce qui est délit ailleurs est valorisé ici : par exemple, plus on est initié, plus on est reconnu et écouté. Ailleurs, c’est un délit que d’être initié !”, et je me permets de rajouter : “à la bourse, avec de tels délits d’initié, on va tout droit en prison ! ” Que faire ? Demander tout simplement que l’on ouvre des enquêtes judicaires avec des juges d’instructions sur les Frac, Drac, musées d’art contemporain, Cnap, voir sur la délégation aux arts plastiques au ministère de la culture. Si les artistes ont leur mot à dire, ils ne sont pas les seuls, les associations de défense des contribuables en France peuvent aussi demander des comptes ainsi que tous ceux qui s’intéressent de près à l’utilisation de l’argent de l’état et des collectivités. Nous avions raison sur ce blog d’expliquer que l’exclusion des artistes français avaient été froidement programmé par ce lobby institutionnel depuis 25 ans avec la complicité d’élus de droite et de gauche. Combien de suicides d’artistes talentueux en France car il n’avait aucun débouché ? Combien d’artistes ont plongé dans l’alcool, la drogue car leur talent était méprisé, écrasé par le dédain de quelques fonctionnaires français véreux, marchands et galeristes français louches, torves, comprenez-vous, le lobby institutionnel avait autre chose à s’occuper que de ces artistes doués, chevronnés, géniaux vivant en France, dans la bulle financière, il y avait tout ce beau monde à l’affut de profits juteux voir volé à courtiser. Aujourd’hui, car la justice ne mets pas son nez dans toutes ces institutions, les pressions sur les artistes français continues avec les Conseils Généraux qui sur instructions des élus aussi bien de gauche que de droite impulsent les CLI (commission locale d’insertion) à les rendre coupables d’être au Rmi ou au Rsa, coupables d’être de mauvais artistes car ils ne vendent pas, coupables tout simplement d’être des artistes, des fainéants, des incapables. On retrouve toutes les bases politiques de ce qui a fait la culture et le populisme fasciste, pétainiste. Cette pression scandaleuse, cet harcèlement au quotidien n’a qu’un objectif ; protéger les institutions culturelles, les élus qui sont présents dans les commissions techniques (commission d’achat des œuvres) par exemple des Frac et accentuer cette concurrence déloyale d’artistes subventionnés et protéger par les institutions qui sont partie prenante dans tout ce trafic spéculatif international véreux et mafieux qui ruine les finance de la culture en France et détruire, éradiquer, anéantir, assassiner littéralement les artistes qui refusent cette donne malhonnête et les magouilles qu’elles impliquent. La France est entrain d’écrire sa sale histoire comme en 1942, où des gens sans vergognes maltraitent les artistes comme une grosse partie de la population la plus fragile et la plus précaire. Les pouvoirs culturelles, économiques, politiques sont dans la main de voyous, d’escrocs, de pillards, de malfaiteurs qui n’ont qu’un seul objectif : nous piller jusqu’au dernier sou comme l’on toujours été les fascistes.



Partager cet article

Repost 0
Published by réponse au journal libération - dans biennale de Lyon
commenter cet article

commentaires

Présentation Biennale Lyon Out

  • : la biennale de Lyon
  • la biennale de Lyon
  • : La biennale de Lyon d'art contemporain 2015 bac out est une biennale dissidente d'artistes qui contestent la politique culturelle affairiste de Gérard Collomb et Thierry Raspail
  • Contact

BIENNALE DE LYON 2011

 ILS NOUS VOLENT NOS DROITS DE PAROLE, NOTRE DROIT D'EXPRESSION CULTURELLE SELON NOS PROPRES PRATIQUES et MODES D'EXPRESSIONS :

  APPARATCHIK
COMMISSAIRE D'EXPOS
CURATEUR
CONSERVATEUR
CRITIQUE
SPECULATEUR
MARCHANDS VEREUX
LES PETITS CHEFS DE
L'ART CONTEMPORAIN 2013

ci-dessous le 1er communiqué de la
BAC OUT 2009
biennale-lyon.pdf biennale-lyon.pdf

LINK BIENNALE IN ENGLISH

Lyon Biennial of Contemporary Art Out  ART AND LYON BIENNALE 2009

PRESSE bIENNALE out /Clik sur le document pour le lire :


notre biennale de Lyon

lyon art biennale

Biennale De Lyon 2011 Et 2009