Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 11:07

Quant il s’agit de la notoriété de certains de nos élus, le porte monnaie public ne connait pas la crise !  La biennale de Lyon d’art contemporain 2011 ouvrira ses portes le 15 septembre 2011 dans une opacité totale sur ses 6 millions d’euros de budget 2009, 7 millions d'euros en 2011 selon le supplément dans le journal le Monde du 15 septembre, un supplément (double pages) dédié à la biennale de Lyon payé au journal le Monde combien? 50.000€, 100.000€ par la biennale de Lyon? une opacité totale sur sa sélection d’artiste et une thématique débile, le tout hautement verrouillé par ses responsables et ses administrateurs. La démocratie culturelle en France est gommée, écrasée par les responsables des institutions culturelles et les élus qui ne comptent pas l’argent public pour assurer dans le premier cas leur carriérisme ou dans le deuxième cas leur réélection. Dans le journal le Monde on apprend aussi que le mécénat privé donne de l'argent à la biennale de Lyon en plus de son budget public énorme. Nous les artistes plasticiens, nous sommes à poil, nus comme des rats, ils ne nous restent rien, on ne trouve plus de lieu pour exposer, plus un rond pour travailler, on peut crever! L'argent public est totalement absorbé par ses institutions comme l'argent privé pour le mécénat par ses mêmes institutions. A nous! Ils ne nous restent plus que les yeux pour pleurer. Et tout ce beau monde nous vante les louanges de l'humanisme alors qu'ils sont en réalité: élus et responsables institutionnels, une véritable machine de terreur et de déshumanisation de la société française et de déshumanisation de la communauté artistique. Il faut remonter en 1942 pour retrouver un tel monstre contre les valeurs sociales, éthiques, démocratiques... 1942 ! Bonjour la référence dans une ville comme Lyon où historiquement et héroïquement les résistants se sont battus contre la répression, le régime de la terreur et l'occupation. Jean Moulin a de quoi se retourner dans sa tombe! Où sont passées les biennales "OFF" et "OUT"  comme la biennale OFF de lyon et la biennale OUT de Lyon qui resteront toutes les deux dans le cœur des lyonnais et des artistes qui y ont exposés. Aujourd’hui toute opposition à Thierry Raspail est totalement laminée avec la complicité des élus et leurs réseaux. Vous imaginez vous le festival d’Avignon sans son "OFF" indépendant du "IN" et de la mairie d’Avignon? Aujourd’hui, ces bêtes noires des artistes libres et indépendants (99,5% des 150.000 artistes plasticiens vivant en France) n’ont qu’un seul objectif; laminer tout art et exclure tous les artistes qui ne rentrent pas dans leurs basses combines. Nous empêcher d’exposer par tous les moyens que le pouvoir leur offrent en nous refusant des prêts d'espaces, des ateliers, des aides, du mécénat privé et en criminalisant ceux qui osent ouvrir des sqats car il n'y a pas d'autres solutions. En criminalisant tous les artistes, toutes les expositions qui ne sont pas sous contrôle administratif et politique comme sous Vichy, et ça partout en France métropolitaine. Mais tous les gens en ont ras le bol (article de presse dans ce même journal du Monde du 15 sept), et dans ces gens les artistes aussi ! Ils veulent nous faire voter en 2012, en "assommant les pauvres", salariés, ouvriers, artisans avec un bandeau sur les yeux et des menaces sociales, d'austérité sur la tempe et à surtout ceux, les plus fragiles, qui connaissent la précarité et la pauvreté pendant qu'eux, ces bêtes noires contre la démocratie, l'équité et la transparence, cumulent les mandats et les pépettes, s'offrent champagne et épicerie fine voir de luxe dans leurs vernissages ou leurs banquets! Qu'on en finnisse avec cette politique de cour comme sous la royauté dans ce pays en pleine crise économique, un pays plongé dans les sales affaires politico-affairistes (il en pleut tous les jours!) et une opacité totale sur la réalité financière du pays, de ses administrations et ses institutions! Où va l'argent? 


Dans une interview à Mag2Lyon en novembre 2009 Lors de la biennale d’art contemporain de Lyon 2009, l’artiste Lili-oto avait demandé qu’un artiste ou un collectif d’artistes prennent la direction de la biennale internationale de Lyon et non un conservateur et un commissaire d’exposition ringards comme c’est le cas depuis 1991. La gestion de cet évènement doit être publique car personne ne connait la face cachée de cette biennale de Lyon et il a eu trop de sales affaires en France comme à l’étranger dans ce dit art contemporain.


Dans cette même interview à Mag2Lyon en novembre 2009 Lors de la biennale d’art contemporain de Lyon 2009, l’artiste Lili-oto avait demandé que la biennale de Lyon dans sa préparation et sa sélection d’artistes lance un appel d’offre public pour lequel tous les artistes désireux de participer à cette biennale de Lyon pourraient faire une proposition.


La biennale de Lyon s’y est refusée, toujours avec les mêmes méthodes sélectives. L’utilisation d’un commissaire d’exposition qui rend opaque la sélection des artistes sans compter sa gestion car les artistes sont écartés y compris syndicalement dans la gestion de cet évènement international public qui se chiffre en plusieurs millions d’euros.


Pourtant les propositions de l’artiste Lili-oto étaient réalistes, plus proche des idées que nous artistes, contribuables, électeurs, nous nous ferions de  la démocratie culturelle mais contraire aux élus de cette gauche mondialiste ou de droite néolibérale puisque cette biennale a toujours été gérée de la même façon sous la droite comme sous la gauche molle et conservatrice à la mairie de Lyon.


La preuvre qui donne raison à Lili-oto: la biennale de Berlin d’art contemporain l’a fait pour sa version 2012, un artiste a été nommé commissaire d’exposition et un appel d’offre est en ligne sur son site web où il est proposé aux artistes d’envoyer leur book et propositions artistiques avant janvier 2011. 


L’artiste Lili-oto qui se bat depuis les années 80 pour que ses thématiques débiles s’arrêtent dans ces biennales, musées d’art contemporains et expositions collectives publiques et que les institutions s’inscrivent dans les projets des artistes et non l’inverse comme ce fut le cas sous tous les dogmes qu’ils soient religieux ou politiques reste lettre morte ! Rien à faire la politique culturelle en France discrétionnaire et arbitraire continue et fait de plus en plus de dégâts au sein de la communauté artistique !!! Piqure de rappel ; Lili-oto demande depuis la fin des années 80 que les musées d’art contemporain soient remplacés par des espaces de diffusion pour la création contemporaine et dirigés par des artistes comme dans les autre arts; théâtre, danse, musique, etc…


La BAC OUT (BAC=biennale d’art contemporain) dont lili-oto a été le fondateur en 1993 s’oppose à la tenue de cette biennale officielle qui en plus de son opacité, son non respect à la communauté artistique résidant en France use de thématiques qui couvrent de ridicule la communauté artistique française. A « une terrible beauté est née », thématique ridicule et grotesque en 2011 de cette biennale de Lyon d’art contemporain officielle nous nous opposons avec cette accroche ; « une terrible indignation est née » au regard de l’actualité politique et mondiale avec la mondialisation de ce néolibéralisme globaliste ou ce capitalisme sauvage, mafieux et véreux qui envoie les populations dans la misère sur toute la planète. Avec cette accroche ou slogan « Une terrible indignation est née » au regard des indignés qui seront bientôt à Bruxelles, et tous ceux qui résistent dans des formations politiques de gauche ou de la gauche de la gauche, ou résiste à titre individuelle, nous avons rajouté ; " Lorsque l'artiste préfère humainement au dit art contemporain son contemporain! ". Le  contemporain c’est vous et la biodiversité qui nous entoure nous artiste et rappelant que le dit art contemporain est un sigle commercial inventé par des marchands d’art américain pour diversifier leurs palettes de produits auprès de leurs clientèles en le labélisant différemment de l’art moderne .

Cette biennale de Lyon d’art contemporain officielle n’est qu’une kermesse de campagne ridicule de ce dit art contemporain aseptisant la création contemporaine, l’enfermant dans une culture rejetant et gommant l’actualité nauséabonde économique et politique dans laquelle nous sommes tous plongés sauf les grandes fortunes qui constituent d’ailleurs les grands collectionneurs d’art contemporain auprès desquels les institutions d’art contemporain sont aux ordres. 


A l’étranger les élus sont plus respectueux de la liberté de création et des libertés culturelles.
Thématique de la Biennale de Berlin 2010, un sujet politique et social : « What is waiting out there » que j’ai traduis par «  ce qui les attend là-bas » un sujet (annoncé en tant que tel par la biennale de Berlin),  à la vue du développement technologique, économique, crises politiques et sociales du présent qui ont provoqués des fissures dans nos réalités, creusées le fossé entre ce monde dont on parle et le monde réellement là !


Thématique de la Biennale de Moscou, un sujet politique et social hautement délicat: « Nothing but foofnotes ? Art in the epoch of social Darwinism » un sujet brulant, délicat et avec lequel le néolibéralisme peut instrumentaliser la population car c’est sujet complexe avec de grand danger politique! Petit rappel : Le darwinisme social a été écrit par Emile Jean-Marie Gautier, journaliste, militant et théoricien anarchiste, condamné par le tribunal de Lyon à 5 ans de prison le 19 janvier 1883.


La biennale de Lyon est à la hauteur des prétentions culturelles absconnes de la ville de Lyon car cette biennale est bien sûr administrée sous le contrôle des élus et donc politique. Si vous écoutez comme moi les vidéos du site de la biennale de Lyon ; que se soit son directeur dit artistique car il n’a jamais rien créé de ses dix doigts comme de sa tête ou les vidéos sur cette commissaire d’exposition venue d’Argentine (alors que ce pays a une réelle pratique de résistance contre la mondialisation et la globalisation du néolibéralisme) ; ça ne vole pas haut, c’est d’un creux et d’un vide absolu, le degré zéro de la pensée. A l’image des élus de la mairie de Lyon, cette biennale de Lyon officielle c’est « Martine fait sa biennale » en pensant à cette série de livres illustrés datant de 1954.


L’art dit muséal à la française dévisse de plus en plus des réalités des artistes contemporains dans notre pays, une véritable machine coercitive contre les libertés d’expressions. Les artistes souffrent en France car ils n’ont plus de lisibilité, ne peuvent plus montrer le fruit de leur création et subissent de plein fouet une censure fallacieuse orchestrée par ses sans visages et sans âmes qui manipulent les populations pour nous spolier et faire main basse sur nos biens publics et partagés.


Contre la tenue de la biennale de Lyon, Lili-oto.

 

biennale de lyon


biennale de lyon

  biennale de lyon presse

la face cachée de la biennale de lyon : http://biennaleartcontemporain.over-blog.com/article-biennale-de-lyon-2011-82741304.html

Repost 0
Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 18:17

La biennale de Lyon d’art contemporain 2011 ouvrira ses portes le 15 septembre 2011 dans une opacité totale. Nous avons demandé que les comptes de la biennale de Lyon de 2009 pour l’art contemporain soient  publiés. Nous avons fait appel sur le web aux élus de la ville de Lyon, du département ou de la région Rhône Alpes pour que les comptes de la biennale d’art contemporain de Lyon 2009 qui brasse 6 millions et demi d’euros dont 600.000€ uniquement pour sa propre communication, son marketing et sa réputation puissent être consulté par tous les citoyens et les artistes qui eux vivent dans l’austérité, lettre morte ! Nous ne partageons pas les mêmes valeurs avec ceux qui nous administrent.  Le présent de l’art contemporain en France comme ailleurs est marqué par un grand nombre de sales affaires; délits d’intérêts, délits d’initiés, des successions houleuses d’artistes connus, des fondations gérées scandaleusement, des mises en examen pour des détournements de fonds publics, des ventes aux enchères truquées, des banques offshores qui se sont servies de l’art contemporain comme tremplin pour l’évasion fiscale auprès des grandes fortunes de ce monde , des nominations étranges de conservateurs ou de responsables français d’institutions artistiques désignés à la tête d’institutions en art contemporain dans des paradis fiscaux, etc... Légitiment, nous sommes en droit d’exiger, nous artistes, citoyens, contribuables, de lire les comptes des expositions publiques lorsque l’argent public valse en millions d’euros alors qu’il n’y a pas un centime pour les créateurs auteurs dans ce pays et pour une bonne partie de la population.  Nous avions contesté  il y a deux ans par voie de presse l’opacité sur le choix des artistes et nous avons proposé que la sélection ne relève plus du choix d’un commissaire d’exposition qui les expose en accord avec  le directeur artistique de la biennale de Lyon, mais qu’il y ait un appel d’offre public, lettre morte ! Clientélisme, copinage, réseau sont donc toujours d’actualité à la biennale de Lyon. Nous rappelons que les artistes mis en avant dans ce genre d’évènement public lorsqu’ils sont sous contrat avec une ou des galeries d’art contemporain, agents d’art ou d’artistes, ou sont dans des collections privées voir les protégés de richissimes collectionneurs d’art ne sont présents que pour servir leur réputation qui alimente de fortes plus-values à tous ces spéculateurs. Nous vous informons que si la population française prend de plus en plus de distance avec les partis gouvernementaux, il y a aussi parallèlement un grand nombre d’artistes en France qui eux prennent de plus en plus de distance avec les institutions de l’art contemporain, biennale, musées d’art contemporain, expositions publiques et le marché international  véreux de l’art contemporain. Faut-il rappeler que le responsable de cette biennale de Lyon auto déclaré directeur artistique alors qu’il n’a jamais rien créée de ses dix doigts et pas plus avec son intellect, a déclaré à la biennale version 2009 son amour pour la mondialisation ou la globalisation. Une globalisation néolibérale qui envoie des populations entières comme les grecs ou les espagnols dans la misère et que nous artistes, nous contestons cette mondialisation ou globalisation du néo libéralisme ou de ce capitalisme ultra sauvage. Nous estimons que les artistes participants à cette biennale de Lyon 2011 partagent obligatoirement les points de vue politiques puisqu’ils sont avisés du caractère mondialiste et donc politique de cet évènement selon les choix politiques du dit directeur artistique et conservateur du musée d‘art contemporain de Lyon et de sa commissaire d’exposition,  en osmose avec le maire de Lyon,  les élus de la mairie de Lyon, du Conseil Général du Rhône et du Conseil Régional Rhône-Alpes. Nous sommes d’accord pour que cet évènement soit international, mais international ne signifie mondialisme ou globalisation, même si la notoriété de la biennale de Lyon malgré les mensonges d’une propagande médiatique acquise grâce à ses 600.000€ de markéting est loin d’être au rendez-vous alors que des sommes colossales (6 millions d’€) du contribuable français et lyonnais sont en jeu. Vous remarquerez que quelle que soit l’étiquette politique du maire de Lyon puisque Thierry Raspail est présent à Lyon depuis les années 80, ce sont toujours les mêmes et les mêmes réseaux qui tirent les ficelles de la politique culturelle et artistique de la ville de Lyon dans l’art contemporain, comme dans le département ou la région. Bonjour l’alternance politique et la démocratie culturelle! Nous artistes,  sur le terrain en plus de lutter pour notre survie sociale et économique, faire fasse à l’absence de lieux d’exposition ou d’ateliers, s’affronter à la dureté des modes de coercitions brutaux de l’insertion social, où tout artiste non initié doit se diriger sur la voie de la réinsertion! (on dit artistes initiés et aussi collectionneurs initiés  car tout est opaque et herméneutique en art contemporain dans les institutions et dans le marché de l’art, donc « initié », c’est comme chez les frangins! (frangins=Francs-maçons).  Petit mots sur les frangins : on en parle jamais en art contemporain, ni dans les revues d’art, livres sur la sociologie d’art, histoire de l’art, ethnologie de l’art, psychologie de l’art, il y a une omniprésence de frangins aux postes clés du devenir de l’art contemporain depuis les années 70 voir même bien avant qui s’est renforcé dans les années 80 sous Jacques Lang aussi bien à la délégation des arts plastiques au ministère de la culture que dans les régions avec la décentralisation, que dans les villes. Il est courant de trouver maire, élu à la culture, responsables des institutions, journalistes spécialisés, présidents ou directeurs de Frac, tous abonnés à la franginité dans des loges maçonniques d'obédiences différentes. Idem pour les artistes les plus en vue, de grande réputation tout comme  leurs grands marchands ou agents d’art ou d’artistes, mais c’est un sujet tabou d’en parler. Moi j’en parle j’ai toujours eu des frangins autour de moi depuis les années 80 parfois pour le meilleur, il faut le reconnaitre et bien souvent pour le pire, c’est comme partout ailleurs ! Quant à moi je ne suis pas frangin la fidélité, le grand architecte, les rituels, la culture du réseau, ce ne sont pas mes trucs ! A Lyon, nous devons aussi constater que cette absence de démocratie culturelle aux pouvoirs clos et hermétiques favorisés par les opacités de gestion et d’initiation, d’une réelle alternance politique en art contemporain fait le fond de commerce de l’extrême droite. De plus, les artistes au RSA subissent des tests psychologiques comme l’auteur de cet article qui nous rappelle les périodes noires de l’histoire ; sous les fascismes ou les stalinismes. Il fut une époque où certains artistes (surtout de gauche) étaient décrétés « artistes dégénérés » par le nazisme, où contre-révolutionnaires sous le stalinisme ou le maoïsme. Hier dans « artistes dégénérés », il y avait encore artiste, aujourd’hui des responsables de l’insertion sociale dans des Conseils Généraux (départements)  décrètent dans l’arbitraire si vous êtes artiste ou pas artiste en France en violation des lois françaises et de la chartre internationale signée par la France en 1980 avec l’UNESCO. De « l’autodéfinition », norme internationale (autodéfinition = répertoriée de la sorte en sociologie de l’art) nous passons en France à une dérégulation sociale et artistique des artistes auteurs et créateurs qui ne peuvent bénéficier de ces attributs uniquement selon les bonnes volontés de fonctionnaires, de marchands et d’élus. Les artistes qui échappent à cette nouvelle donne sont les artistes riches ou autonomes financièrement ainsi que les artistes français qui vivent à l’étranger. Voilà, la chasse aux sorcières est de nouveau ouverte en France contre les artistes pauvres ou plutôt exclu ou refusant les magouilles!!! Et vous ne trouverez dans aucunes revues ou magazines d’art contemporain l’information, normal ! Ils font la queue devant le portail de la biennale de Lyon pour obtenir les pub et encarts ou insertions dans leurs canards et les miettes des 600.000€ de marketing et de propagande de la biennale de Lyon. Entreprenariat et éthique sont des valeurs bien souvent antinomiques ! Comme dans ce dit art contemporain, où création et animation culturelle sont les deux facettes dissociées de l’anneau de Moebius.


Auteur : Lili-oto, artiste plasticien depuis 30 ans considéré artistiquement en tant que tel (Lyon, Paris, Bordeaux, Montreuil, Avignon, etc, presse, Tv, même par les institutionnels en art contemporain, ou par exemple dans le médialab Controversies de Sciences-Po Paris, ou même à  Sciences-Po Bordeaux, dans des IUT de com et étudié par des enfants ou des jeunes dans des collèges ou lycées ) mais déclaré après une exposition sur des anticipations urbanistiques qui a dérangé des élus et après mon exposition « la grande Sarkolade » et mes parodies contre le chef de l’état; j’ai donc été socialement et artistiquement déclaré « non artiste » depuis deux ans par les voies officielles d’un Conseil Général de gauche, PS (les artistes de gauche flingués par cette gauche bien pensante et mondialiste au nom de l’ Easthetical Welfare, que je traduis au nom du bien être esthétique mais bon,  welfare state se traduit par état-providence! L’ Easthetical Welfare nous fait penser aux bons portraits de bourgeois sous la renaissance, transformer aujourd’hui en artiste bon animateur composante d’un bon programme culturel pour une bonne élection en devenir pour élus en recherche de judicieux mandats électoraux.  Dommage que nous ne pouvons pas déclarer nous aussi arbitrairement « non éligible » les futurs candidats à la présidence de la république et aux législatives en 2012 !?!

biennale de lyon 

la biennale de Lyon BAC OUT 2011

répond à la biennale officielle de Lyon 2011

 « Une terrible indignation est née »

Une terrible indignation est née en France

comme par le monde

contre cette terrible beauté institutionnelle et marchande néolibérale

dissociée de toute forme d'humanité sans voie et ni voix!

Repost 0
Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 10:17

la biennale de Lyon BAC OUT 2011

répond à la biennale officielle de Lyon 2011

à « une terrible beauté est née »

Nous BAC OUT répondons

 « Une terrible indignation est née »

Une terrible indignation est née en France comme par le monde contre cette terrible beauté institutionnelle dissociée sans voie et ni voix!

Au chiotte l'argumentaire esthétique populiste et l'argumentaire culturel clientéliste de cette biennale institutionnelle qui tente de rabattre la beauté « une terrible beauté est née » comme nouvel axe de marketing traditionaliste de cet art dit contemporain alors que le contexte politique et artistique s'inscrit dans une contemporanéité au rendez-vous avec l'indignation sociale, politique et culturelle et à la recherche de nouvelles gouvernances politiques innovantes et équitables, pour une réelle démocratie culturelle maintenant au service non pas d'un humanisme populiste mais au service de l'humain, à visage humain et pour la pérennité et la ténacité des nouvelles émergences artistiques dissidentes.

""Cette terrible beauté est née" n'a que pour valeur la désuétude et le ridicule de cette biennale officielle de Lyon et ses 6,5 millions d'euros incapable de produire du sens! Les propriétés constitutives de l'esthétique ne relèvent pas du marketing culturel démagogue et pulsionnel de cette biennale institutionnelle et de sa servitude politique mais de l'expérience esthétique intime aux créateurs auteurs et des propres registres, champs et valeurs consubstantiels à leurs propres expériences esthétiques formelles ou,et informelles, sensibles ou,et herméneutiques." Lili-oto

 

biennale de lyon

Repost 0
Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 12:56

Saviez-vous que l’insertion et l’accompagnement à l’emploi ont ses entreprises cotées en bourse? NON! Pourtant ses titres et actions explosent! Spéculez! Lisez cet article du début jusqu’à la fin ; explications...

 

"Lorsque l'artiste préfère humainement au dit art contemporain son contemporain! C'est le slogan de campagne de la Biennale BAC Out online 2011 contre la biennale officielle de Lyon 2011 avec ses 6 millions et demi d'euros de budget dont 600.000€ de Com pour si peu d'artistes exposés et concernés. La BAC OUT s'inscrit dans les Luttes numériques contre la fracture numérique de l'art dit contemporain et ses institutions culturelles et muséales françaises face aux sombres et scandaleuses réalités sociales, culturelles ou artistiques cachées au public de la création contemporaine française et des conditions de vie de ses artistes auteurs créateurs contemporains. Le mensonge et l'hypocrisie des élus et des responsables des institutions grâce à une dissimulation d'information permanente par la négation de l'existence d'une exclusion artistique en France sans précédent deviennent insupportables et cruels, une véritable torture psychologique et sociale pour les artistes qui les vivent et les subissent. L'énormité des budgets institutionnels déployés et les méthodes de marketing utilisées pour tromper, berner et domestiquer le public nous rappellent les mécanismes du négationnisme. L'art ne pousse pas sur le fumier il est bien le fruit d'une expérience esthétique à visage humain. Derrière le mur d'argent de cette biennale on cache une malnutrition de la vivacité artistique en France pour voiler l'existence de trésors de l'expérience esthétique. Ces sales méthodes de gouvernance et de propagande font la lie de l'intolérable. Des stratégies publiques pour rejeter en périphérie de la culture par une instrumentalisation et un façonnage de la perception de l'artiste comme le vecteur potentiel et chronique à de bidonvilles de l'art. L'art dégénéré est bien de nouveau présent dans notre société mais pas énoncé, il est substitué à une norme; une intériorisation censitaire, un seuil initiatique minima de servitude volontaire qui confère le droit à l'artiste à l'éligibilité institutionnelle. Petite note : le suffrage censitaire c'est le droit de vote qui n'est donné qu'aux riches! Aujourd'hui c'est le pouvoir censitaire, un droit de décision qui n'est donné qu'aux riches actionnaires avec ses sbires, une droite qui veut nous faire croire qu'à la gauche de la droite il y a toujours que la droite ou l'extrême droite! Avec le néolibéralisme globaliste que nous subissons, le pouvoir censitaire c'est substitué au droit de vote et la culture suit sur les mêmes rails! 

 

Après l’art dégénéré sous l’Allemagne nazi, voici les artistes dégénérés, version plus contemporaine et moderne de la coercition, l’asservissement ou la violence brutale de l’administration culturelle à la française. La BAC OUT, BAC ou biennale d’art contemporain Out relance son blog contre la tenue de la biennale d’art contemporain officielle de Lyon en septembre 2011.

 

La biennale de Lyon Out ou BAC OUT demande l’ouverture des comptes de la biennale officielle de Lyon 2009 car il subsiste à nos yeux des doutes sur l’énormité de son budget pour si peu d’artistes concernés et exposés… Au nom de la transparence de la gestion de l’argent public pour cette biennale officielle d’art contemporain de Lyon et à la vue de son énorme budget de 6 millions et demi d’euros dont six cents mille euros pour sa communication ou sa propagande.

 

La BAC OUT demande aux élus du conseil municipal de Lyon, aux conseillers généraux du Rhône et aux conseillers régionaux Rhône Alpes d’exiger la publication des comptes de la biennale 2009. Au grand nombre de cancéreux de la société française : artistes plasticiens contemporains au RSA, puisque nous sommes le cancer de la société française comme l’a souligné un des ministres de Sarkozy, nous voulons voir et étudier ces comptes jusqu’à la moindre note de frais et des modalités de l’utilisation de tout cet argent public. Je rappelle que s’il y a en France un si grand nombre d’artistes contemporains vivant dans l’exclusion c’est tout simplement parce que les élus des grandes formations politiques de droite comme de gauche refusent de nous payer nos droits de monstration ou d'exposition comme le prévoit la loi.

 

Nous sommes la seule catégorie d’artistes contemporains avec les poètes à ne pas être payés alors que tous les autres touchent des cachets et les intermittences du spectacle lorsqu’ils réunissent les heures (pas évident non plus !). A quoi sert réellement cette biennale d’art contemporain de Lyon sinon de faire du prosélytisme électoral pour son maire et du prosélytisme pour son directeur artistique lui-même directeur du musée d’art contemporain de Lyon. Artistes nous savons que les musées d’art contemporain poussent comme des champignons en France alors qu’il y a de plus en plus d’artistes dans l’exclusion et qui se résument selon la droite UMP et l'aile droite du parti socialiste PS à n’être que le cancer de la société française.

 

Une situation scandaleuse! La France a le record mondial de musées et centres d’art, d'administrations culturelles au m² de tous les pays industriels mais aussi le triste record mondial d’artistes dans l’exclusion même face aux nouveaux pays émergents. Nous remarquons que la gestion de la maison des artistes (asso pour la gestion de la sécurité sociale pour les artistes plasticiens) est aussi opaque que toutes les institutions d’art contemporain en France et que nous n’avons pas de statistiques publiques sur les réalités économiques et sociales des artistes plasticiens (peintres, sculpteurs, performer, installateurs, vidéastes, arts numériques, plasticiens...), sur leur véritable pouvoir d’achat, subventions réelles et non les ragots de comptoir, revenus, logements, ateliers, expositions, etc.

 

Ces individus auteurs créateurs parias cancer de la société sont à nos yeux le résultat et les conséquences d’une stratégie politique froidement programmée par une petite minorité qui vivent largement au crochet des exclus. Vous ne trouverez nulle part le nombre d’emplois créés dans cette institution englobant tout l’art contemporain (ministères, musées, centres d’art, biennales, Frac, Fnac, Cnap, Drac, conseillers aux villes, départements ou aux régions, associations d’art contemporain nébuleuses d’élus ou de partis politiques, etc) alors que les artistes en sont évincés. Vous ne trouverez nulle part le montant des salaires de leurs dirigeants comme vous ne trouverez nulle part la liste des membres des différentes commissions qui siègent à la pérennité de cette même institution, le renouvellement de ses cadres et qui possèdent le droit de vie ou de mort sur la création contemporaine en France et sur ses auteurs créateurs.

 

Nous artistes au RSA cancers de la société française exigeons la transparence de la mauvaise gestion de cet art dit contemporain qui flingue les émergences artistiques qui leurs échappent et envoie des dizaines de milliers d’artistes talentueux dans les bas fonds de la misère.

 

Nous remarquons, de plus, que certains dirigeants dans son noyau dur (depuis les années 80), dans cette petite caste de cette institution dit d’art contemporain font de fulgurantes ascensions professionnelles en France comme à l’étranger.

 

Nous savons que tous les artistes français dits internationaux ne valent pas grand-chose (leurs cotes) sur le marché international de l’art contemporain ce qui n’est pas le cas de cette oligarchie de conservateurs et commissaires d’exposition français souvent en plus (cumulards d'emploi) conseillers pour riches et gros collectionneurs d’art contemporain.

 

Nous savons qu’une certaine corruption dénoncée par les artistes eux-mêmes existe dans le marché international d’art contemporain et qu’en France il n’y a jamais eu d’enquête sur les fuites fiscales dans les paradis fiscaux souscrites ou concédées lors de ventes « bidon » d’oeuvres d’art contemporaines organisées par des conseillers financiers déguisés en pseudo-galeries d’art contemporain véritables sous-agences bancaires de places financières offshores.

 

Nous sommes aussi étonnés d’assister à de fulgurantes promotions de certains membres de cette petite caste française de dirigeants de l’art dit contemporain dans des institutions étrangères d’art contemporain résidant ou établi dans des places reconnues comme être des paradis fiscaux. Tiens donc! Une carence politique culturelle française efficace pour que les artistes français exposent à l'étranger mais pas pour ceux qui ont la main mise sur ces réseaux! Étrange, étrange... En cherchant par mots clés vous trouverez les infos sur internet.

 

Les artistes au RSA cancers de la société française qui ne trouvent même plus d’espaces pour exposer leurs œuvres et pouvoir prétendre à un minimum de revenu se retrouvent dans des filières d’insertion imposées par ce pouvoir politique français qui leurs confisque tout lieu d’exposition. Les artistes au RSA cancers de la société française subissent des tests psychologiques dans le cadre d’une réinsertion obligatoire et sont suivis par des professionnels de l’insertion qui leur proposent et les obligent s’ils ne veulent pas perdre leur RSA de changer de métier car ils ne vivent pas de leur art et sont donc de fait de mauvais artistes. Ces tests psychologiques écris constituent des fichiers dont on ne nous garantit pas le caractère privé et se sont des tests humiliants, avilissants, vexatoires, déshonorants, abjects pour des artistes confirmés parfois depuis plusieurs décennies plongés aujourd’hui dans l’exclusion.

 

Nous remarquons que ces entreprises professionnelles de l’insertion et de la formation qui vivent des largesses du FSE, fonds social Européen, certainement de l’argent public des conseils généraux, des conseils régionaux et peut-être aussi de l’Unedic, se vantent d’être cotées en bourse et voir leurs titres ou actions explosés sur ce marché spéculatif (la bourse) grâce à un chiffre d’affaire en forte croissance.

 

Les gros actionnaires spéculent même en bourse sur l’accompagnement de ces demandeurs d’emplois en difficulté, ces fameux cancéreux voir crasseux à leurs yeux de la société française. En cherchant par mots clés vous trouverez l’info sur internet.

 

Alors couper les vivre à ces crasseux de la société permettrait peut-être d’ouvrir de futurs camps de concentration privatisés car il va bien falloir placer ce futur bétail humain sans aucune ressource quelque part et n’ayant plus le droit de vivre à défaut dans des cabanes de fortune, yourtes ou caravanes, habitat précaire (loi Loi Loppsi 2 de Sarkozy) afin de proposer peut-être aux gros actionnaires de nouveaux débouchés spéculatifs et une nouvelle bulle financière.

 

biennale Lyon 

la biennale de lyon

voir sur le POST : http://www.lepost.fr/article/2011/05/12/2492807_artistes-au-rsa-cancer-de-la-societe-les-crasseux-de-la-culture-francaise.html

voir sur BELLACIAO : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article117014


Repost 0
Published by biennale lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 19:09

NOUS SERONS PRÉSENTS

-
 NOUS DEMANDONS
AUX PARTIS POLITIQUES
ET AUX
POLITICIENS LYONNAIS
HONNÊTES
AU CONSEIL MUNICIPAL
DE LYON
AU CONSEIL GÉNÉRAL
DU RHÔNE
ET AU
CONSEIL RÉGIONAL
RHÔNE-ALPES
D'EXIGER DE LA BIENNALE
OFFICIELLE DE LYON
ET DE
RASPAIL
DE COMMUNIQUER
SANS DÉLAI
LES COMPTES
JUSQU'AUX PLUS
PETITES NOTES DE FRAIS
DE LA BIENNALE 2009
AFIN DE LES
PUBLIER
AU PUBLIC
-
DE PLUS
LES ARTISTES
PLASTICIENS
QUI CREVENT
DANS CE PAYS
SONT EN DROIT
DE LIRE
CES COMPTES
ET DE LES
ÉTUDIER
-
LA BAC OUT
SERA AU RENDEZ-VOUS
POUR CONTRER
LA BIENNALE OFFICIELLE
D'ART CONTEMPORAIN
DE LYON 2011
-
NOUS SOMMES
CONTRE
LA MONDIALISATION
DE LA GLOBALISATION
DU NÉOLIBÉRALISME
CULTUREL
ET SON
ULTRA CAPITALISME
SAUVAGE
SOUTENUS
PAR LA BIENNALE
OFFICIELLE DE LYON
ET DE SON MAIRE
-
NOUS SOMMES
CONTRE
CE COUPLE
CYNIQUE
RICHES COLLECTIONNEURS / CONSERVATEURS
PRÉDATEURS
D'ARTISTES
ET
BRISEURS
DE CRÉATION
CONTEMPORAINE
-
NOUS SOMMES
CONTRE
LE MARCHÉ VÉREUX
DE L'ART CONTEMPORAIN
CONTRE
L'OPACITÉ
DE LA GESTION
DES INSTITUTIONS
DE L'ART CONTEMPORAIN
EN FRANCE

-

BAC OUT

 



Repost 0
Published by biennale Lyon 2011 BAC OUT - dans biennale de Lyon
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 08:37

 " Lorsque l'artiste préfère humainement au dit art contemporain son contemporain! " LA BAC OUT 2011 contre la biennale officielle de Lyon et ses 6 millions et demi d'euros pour si peu d'artistes exposés et concernés et un budget géré dans une opacité totale. Oui à la transparence totale des institutions culturelles et artistiques en France. Cette biennale de Lyon officielle comme toutes les institutions en art contemporain sont gérées par une oligarchie culturelle qui aspire tous les budgets avec toutes nos subventions alors que les artistes crèvent, ne trouvent plus d'atelier pour travailler, d'espaces ou de lieux pour exposer, d'aides financières, pour une autre alternative culturelle et artistique et pour une RÉELLE DÉMOCRATIE CULTURELLE MAINTENANT !! Les indignés en ont marre!!!

RELLE-DEMOCRATIE CULTURELLE MAINTENANT-copie-1

Repost 0
Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 08:43


Les artistes indignés à Lyon sont pour une autre alternative culturelle et artistique en France. Ils s’opposent à cette institutionnalisation de leurs moyens de monstration (d'exposition) gouvernée par une oligarchie culturelle française qui a tissé un maillage total sur tous les espaces publics d'exposition en France. Ils forment un groupuscule qui vit sur le dos des artistes, de la création artistique contemporaine dans le dit art contemporain et les arts visuels. Ils ont leurs entrées partout avec une nébuleuse d'associations de conservateurs, de directeurs et j’en passe des meilleurs qui captent les subventions pour servir leur carriérisme et leur pouvoir. Grâce à cette nébuleuse d’association ils interceptent les subventions européennes où ils forment un lobbying culturel et ils collectent les subventions de l’état, des régions, des départements pour réaliser leurs projets sous prétexte fallacieux de servir le dit art contemporain et son marché international véreux. Les artistes, eux, ne voient jamais la couleur de l’argent public pour monter leurs propres projets. Les artistes indignés veulent de nouvelles alternatives culturelles et artistiques, pour une Réelle Démocratie Culturelle Maintenant et ils exigent des conditions humaines pour mener à bien leur activité artistique en France et la transparence des subventions, des institutions, des achats publiques d’œuvres d’art contemporaines dans les collections publiques.

 

RELLE DEMOCRATIE CULTURELLE MAINTENANT

Repost 0
Published by biennale de lyon - dans biennale de Lyon
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 21:52

La biennale d'art contemporain out est pour la grève générale pour des nouvelles solidarités dans la communauté artistique en France, contre l'exclusion artistique, contre la pauvreté, contre l'injustice, pour le respect de la liberté d'expression, d'exposition et d'information, contre le néolibéralisme et sa mondialisation, contre l'industrie culturelle de masse, pour une société équitable, solidaire et respectueuse de l'humain, de ses singularités, du sensible et de sa biodiversité. Pour la reconstruction du tissu social, du tissu économique et du tissu intellectuel et culturel désagrégés, détériorés, disloqués, brisés. Appel à tous les artistes plasticiens, artistes numériques, vidéastes, peintres, sculpteurs, photographes, dans le dit art contemporain, les arts visuels, les arts dits singuliers, l'art brut...

Repost 0
Published by biennale d'art contemporain - dans biennale de Lyon
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 11:50

Profitez des super promos sur nos biennales artistiques qui parrainent et qui cautionnent des produits artistiques garantis « artistes officiels » que nous avons, nous, fonctionnaires culturels institués nous-mêmes. Votre concessionnaire d'art exclusif d'état grâce à une politique culturelle clientéliste spécialisé en promos artistiques en tout genre vous offre la possibilité à prix réduits grâce à l'argent du contribuable de payer un droit d'entrée modeste à cette grande surface de l'art en tout genre. Les galeries d'art assurent en amont la commercialisation de nos super promos sur nos produits artistiques d'état labellisés. Grâce à un turnover nos biennales institutionnelles renouvellent les artistes et lancent les nouvelles modes « culture et création d'état » pour satisfaire vos pulsions populistes culturelles. Une garantie d'achat d'œuvres sécurisées par nos soins sélectionnées par des commissaires d'exposition réputés au sein même de ce marché véreux d'art contemporain fruit uniquement de délits d'initiés et de cotations véreuses dés plus farfelues. Venez nombreux et participez à nos super promotions et les bonnes affaires à cueillir sur nos étalages d'état. Nos promos sont patronnés par la classe politique en son ensemble, vos élus municipaux, départementaux, régionaux, nationaux (députés et sénateurs) et le ministère de la culture. Nous sommes le meilleur rempart contre les artistes libertaires, électrons libres ou habités de trop d'indépendance. Nous sommes le meilleur broyeur et casseur de nouvelles émergences artistiques non autorisées et labellisées par nos soins, le marché et le pouvoir politique en place. Objectif pour la future présidentielle de 2012 , réduire à néant toute création contemporaine et artistique en France qui ne répond pas à nos objectifs culturels d'état et aux critères de l'industrie pulsionnelle et culturelle de masse. Comprenez-nous, avec cette crise financière l'état est pauvre et il ne peut plus se permettre le luxe de s'offrir une opposition politique. 

Repost 0
Published by biennale lyon art culture - dans biennale de Lyon
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 09:45

CECI N'EST MALHEUREUSEMENT PAS UNE ILLUSION MAIS TOUT UN PROGRAMME POLITIQUE ÉDICTÉ PAR LES ENJEUX INTERNATIONAUX DE LA MONDIALISATION OU DE LA GLOBALISATION QUI SE TRANSFORMENT EN MODIALISME OU GLOBALISME DOGMATIQUE AVEC LE RENFORCEMENT DES POUVOIRS ÉCONOMIQUES PAR UN CAPITALISME AUTORITAIRE ET TOTALITAIRE AUX INDUSTRIELS DE L'INDUSTRIE CULTURELLE ET PULSIONNELLE DE MASSE...
BIENNALES INTERNATIONALES
D'ART
EN TOUT GENRE NOUS VOILA !!!
-

Repost 0
Published by biennale lyon art culture - dans biennale de Lyon
commenter cet article

Présentation Biennale Lyon Out

  • : la biennale de Lyon
  • la biennale de Lyon
  • : La biennale de Lyon d'art contemporain 2015 bac out est une biennale dissidente d'artistes qui contestent la politique culturelle affairiste de Gérard Collomb et Thierry Raspail
  • Contact

BIENNALE DE LYON 2011

 ILS NOUS VOLENT NOS DROITS DE PAROLE, NOTRE DROIT D'EXPRESSION CULTURELLE SELON NOS PROPRES PRATIQUES et MODES D'EXPRESSIONS :

  APPARATCHIK
COMMISSAIRE D'EXPOS
CURATEUR
CONSERVATEUR
CRITIQUE
SPECULATEUR
MARCHANDS VEREUX
LES PETITS CHEFS DE
L'ART CONTEMPORAIN 2013

ci-dessous le 1er communiqué de la
BAC OUT 2009
biennale-lyon.pdf biennale-lyon.pdf

LINK BIENNALE IN ENGLISH

Lyon Biennial of Contemporary Art Out  ART AND LYON BIENNALE 2009

PRESSE bIENNALE out /Clik sur le document pour le lire :


notre biennale de Lyon

lyon art biennale

Biennale De Lyon 2011 Et 2009