Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 11:35
LES ARTISTES SERONT Á TOUJOURS IRRATIONNELS COMME TOUT HOMME ET RÉFUTENT L’IDÉE ET LE CONCEPT INQUISITOIRE QU’UN MINISTRE ET UN GOUVERNEMENT ENFERMENT L’HOMME ET LA FEMME DANS LEUR IDÉOLOGIE Á 3 FRANCS 6 SOUS OÚ L’ÊTRE OU L’HUMAIN SERAIT Á LA BOTTE DE LEUR PENSÉE DOGMATIQUE ULTRA LIBÉRALE ET CAPITALISTE.
-
MONSIEUR ERIC BESSON LA CITOYENNETÉ NE SE RÉSUME PAS Á UNE SECTE QUE LE GOUVERNEMENT ET LES DÉPUTES DE L’UMP AFFECTIONNENT TANT… NOUS DÉPLORONS QUE CE PAYS SOIT DIRIGÉ PAR UN GOUVERNEMENT ET UN MINISTRE AVEC DES PRATIQUES ET DES DISCOURS SECTAIRES.
-
NOUS DÉPLORONS QUE CE PAYS SOIT GOURVERNÉ PAR CETTE PENSÉE "SCIENTOÏSTE".
-
NOUS DÉPLORONS QUE CE PAYS SOIT GOURVERNÉ PAR CE DÉBAT POPULISTE SUR L'IDENTITÉ NATIONALE ALORS QUE NOTRE IDENTITÉ EN 2009 NE PEUT ÊTRE QUE PROPRE ET SINGULIERE ET NE RELEVÉE QUE DE L'ÉNIONCIATION EN ELLE-MÊME DE LA PENSÉE ET NON PLUS D'UNE VULGARISATION DOGMATIQUE D'UN ACTE D'ÉNONCIATION QUI DEVIENT D'AILLEURS VULGARITÉ ET ACTE DE DÉNONCIATION DANS LA TÊTE DE CE MINISTRE Á TROIS FRANCS SIX SOUS.
-
LE CAS ERIC BESSON QUI N'EST PAS UN TRAITE Á SES IDÉES AVEC UNE PENSÉE FORTEMENT STRUCTURÉE Á DROITE NOUS INTERPELLE SUR SON PASSÉ ET SA PRÉSENCE AU SEIN DU PARTI SOCIALISTE
-
QUE FAISAIT CET HOMME DE DROITE DANS UN PARTI SOI-DISANT DE GAUCHE ET QUI SONT RÉELLEMENT LES DIRIGEANTS DE CE PARTI POLITIQUE, SONT-ILS TOUS COMME ERIC BESSON ?
-
EN TOUT CAS VU LA HAUTEUR DU DÉBAT NOUS NE POUVONS QUE CONSTATER QUE SARKOZY ET BESSON SONT LOIN DE FAIRE RÊVER UN PEUPLE QU'ILS ONT FAIT PLONGER TOUT DROIT DANS LA MISERE ET AUJOURD'HUI DANS LE MISÉRABILISME !

link:  blog artiste lili-oto en anglais
Repost 0
Published by biennale lyon art culture - dans biennale de Lyon
commenter cet article
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 18:24
LE DIT
« ART CONTEMPORAIN »
EST UNE
GRAVE ZONE POLLUÉE
PAR LE
LIBÉRALISME,
LE CARRIÈRISME,
LA BUREAUCRATIE,
LES INÉGALITÉS,
LE MONDIALISME,
LE GLOBALISME,
LA SPÉCULATION FINANCIERE,
LES DÉLITS D’INITIÉ,
LES CONFLITS D’INTÉRÊTS,
LES MAGOUILLES,
LE COPINAGE,
LES PETITS ARRANGEMENTS
ENTRE AMIS,
UNE MACHINE SADIQUE
ET
INHUMAINE
QUI DÉRÉGULE
LA CRÉATION CONTEMPORAINE
ET
MARTYRISE LES ARTISTES
EN FRANCE ET EN EUROPE.
UNE MACHINE SADIQUE
ET INHUMAINE
QUI MANIPULE LA POPULATION
FRANÇAISE
CAR ELLE FONCTIONNE
SUR LA LOI DU SILENCE
ET ELLE CACHE
LES SALOPERIES
QU ELLE FAIT
AUX ARTISTES
DANS CE PAYS

 ATTENTION
DANGER
ZONE ET TERRITOIRE
GRAVEMENT POLLUÉE
PAR LA
BUREAUCRATIE CULTURELLE
POLLUTION MAJEURE CONCENTRÉE 
GRAVE RISQUE
POUR VOTRE
SANTÉ MENTALE
-
-


Partager via Additious
Repost 0
Published by exposition biennale art contemporain lyon culture - dans biennale de Lyon
commenter cet article
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 12:10
2009
-
LIB
ÉRONS
NOS
ESPACES
CULTURELS
ET
ARTISTIQUES
INSTITUTIONNELLES
QUE
DES
CLANS
POLITIQUES
EN
FRANCE
ONT
SPOLIÉ
VOL
É
CONFISQUÉ
MONOPOLISÉ
ACCAPARÉ
DÉTOURNÉ
CENTRALISÉ
SUBTILISÉ
DÉPOUILLÉ
ET
SE
SONT
ADJUGÉS
AU
NOM
DE LEUR
PETIT
POUVOIR
CLANIQUE
ET LEUR
PETIT
POUVOIR
MONARCHIQUE
-
LA
ZONE
LIBRE
BALAYERA
LA ZONE
INTERDITE
DANS LA
ZONE
OCCUPÉE
-
VICTOIRE
VICTOIRE
VICTOIRE
-


Repost 0
Published by exposition biennale art contemporain lyon culture - dans biennale de Lyon
commenter cet article
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 11:42
2009
-
FRANÇAIS
EUROPÉENS
AMIS
ÉTRANGERS
REJOIGNEZ
LA
ZONE LIBRE
EN
ZONE SUD
ET EN
ZONE NORD
ET LA
RÉSISTANCE
QUI
S’ORGANISE
PARTOUT
EN FRANCE
CONTRE
L’OCCUPANT
QUI
SPOLIE
NOS BIENS
COMMUNS
ET NOS
RICHESSES

LA FRANCE
OCCUPÉE
LUTTE
CONTRE LES
ENVAHISSEURS
EN MARCHE
CONTRE LES
INTERETS
DE L’HUMANITÉ
  ET QUI
VOLENT
NOTRE
PATRIMOINE
MONDIAL
-
APPEL
AUX
RÉSISTANTS
ET Á LA
RÉSISTANCE
-
ARTISTES
-
CRÉATEUR
AUTEUR
PLASTICIEN
VIDÉASTE
INSTALLATEUR
ETC
-
LA
RÉSISTANCE
S'ORGANISE
FACE
Á
L'OCCUPATION
DE NOS
TERRITOIRES
PAR
L'OCCUPANT
LIBÉRAL
GLOBALISTE
MONDIALISTE
ET
SON
DOGME
LIBÉRAL
QUI MANIPULE
LES
POPULATIONS
-
NON
Á
LA
SECTE
INDUSTRIELLE
FINANCIERE
LIBÉRALE
CAPITALISTE
-
NON Á
CETTE
PETITE
MINORITÉ
D'HOMMES
ET DE
FEMMES
SANS
VERGOGNE
QUI NOUS
ARRACHENT
NOS VIES
-
ALERTE!
ALERTE!
ALERTE!
-

Repost 0
Published by exposition biennale art contemporain lyon culture - dans biennale de Lyon
commenter cet article
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 11:36
=
L'OCCUPANT
A
PAR
LA
BUREAUCRATIE
CULTURELLE
EN
FRANCE
ENVAHIT
LES ESPACES
DE
DIFFUSION
DES
ARTS VISUELS
DU DIT
ART
CONTEMPORAIN
ET DE LA
CREATION
CONTEMPORAINE
-
ALERTE!
ALERTE !
ALERTE  !
-
RESISTANCE
-

Repost 0
Published by exposition biennale art contemporain lyon culture - dans biennale de Lyon
commenter cet article
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 10:57
=
C’ON
S'EN
TAPE
!
MITTERAND
=
SARKOZY
=
NOS
INQUISITEURS
DE CETTE
BUREAUCRATIE
CULTURELLE
ET
ARTISTIQUE
FRANÇAISE
DONT LA
SEULE
MISSION
EST
L'EXCLUSION
DE
DIZAINES
DE
MILLIERS
D'ARTISTES
CONTEMPORAINS
EN
FRANCE
-
Repost 0
Published by exposition biennale art contemporain lyon culture - dans biennale de Lyon
commenter cet article
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 15:00
Bonjour, Monsieur le Maire de Lyon...

Désolé Monsieur le Maire, mais je ne suis pas d'accord avec vous! Vous n'avez pas offert au lyonnais un autre point de vue sur la création contemporaine dans les arts visuels que vos prédécesseurs de droite avec cette biennale. Vraiment, désolé d'être artiste de gauche et de se battre pour défendre nos intérêts (contre l'exclusion sociale et artistique, précarité et humiliations par vos institutions) contre des maires de gauche, c'est incroyable, impensable! Vous avez poussé avec votre bêtise culturelle à la direction du Parti Socialiste des milliers d'artistes dans les bras de L'UMP, Sarko et même le FN, faut le faire, c'est un vrai désastre!!! Il n'y a presque pas de revues d'art qui parlent en 2009 de cette biennale de cet autocrate Thierry Raspail!!! ( à quand la démocratie culturelle, vous avez peur des artistes et de la démocratie au PS)! Résistance! Le flux de la création contemporaine n'est-il pas simplement la pérennisation du concept d'art, l'art n'ayant pour existence que la pérennisation de ce flux et non une dérégulation bureaucratique culturelle française de ce flux et de sa tradition libertaire (liberté absolue) de ses conditions de sa création contemporaine. <a>http://biennaleartcontemporain.over-blog.com/</a> ou en anglais <a>http://contemporary.over-blog.com/</a>(je mets ce message en ligne sur ces blogs et celui des Apea qui sont très lus...) Amicalement Monsieur le Maire de Lyon, un ex croix roussien... En attente de votre réponse... Lili-oto

sur le Blog de Gérard Collomb à l'adresse : http://gerardcollomb.blogspot.com/2009/09/biennale-dart-contemporain.html
Repost 0
Published by exposition biennale art contemporain lyon culture - dans biennale de Lyon
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 14:32
=
C’EST L’OMERTA
TOTALE !
C’EST POUR CECI
QUE J’APPELLE
LE PUBLIC
LYONNAIS
Á  UN MINIMUM
DE RECUL ET
DE DISCERNEMENT
FACE Á CETTE VERSION OFFICIELLE
DES POUVOIRS
PUBLICS
SUR L’ART
ET LA
CRÉATION
CONTEMPORAINE
EN FAISANT
ATTENTION AUX MANIPULATIONS POPULISTES DE CETTE JUNTE CULTURELLE BUREAUCRATIQUE
ET
POLITIQUE LYONNAISE
ET
DU MINISTÈRE
DE LA
CULTURE.
LES MANIPULATIONS POPULISTES
EN ART
SONT SIMPLES LORSQU’ELLES
 
É
MANENT
DES POUVOIRS,
ON UTILISE
LA CRÉATION
ET LES
ŒUVRES D’ART
DE FAÇON DÉMAGOGIQUE EN  LAISSANT CROIRE
AU PUBLIC
QUE L’ON S’INTERESSE
Á LUI,
AUX DÉSHÉRITÉS, 
AUX MAL LOGÉS,
Á LA DÉMOCRATIE,
AUX PAUVRES,
AUX VICTIMES
ALORS QUE
CHACUN SAIT
QUE CEUX QUI COMME
LA BUREAUCRATIE CULTURELLE
OU
LES POUVOIRS POLITIQUES QUI MANIPULENT
LES ARTISTES PRÉSENTS SONT LES PREMIERS
Á L’APPEL
POUR FAIRE USAGE DE L’EXCLUSION,
DES DÉLOCALISATIONS,
DES EXPULSIONS,
Á BAFOUER LA DÉMOCRATIE. 
LES MILLIERS ET MILLIERS D’ARTISTES PLASTICIENS
OU
ARTISTES CONTEMPORAINS VICTIMES
DE L’EXCLUSION
EN FRANCE
POURRAIENT
EN T
ÉMOIGNER
COMME
UNE PARTIE
DE LA
POPULATION LYONNAISE
EN SOUFFRANCE
-
-
biennale de lyon
dernière version que vous pouvez télécharger au format PDF sur la biennale de lyon, "art contemporain = concept "confus" ou non à la préfiguration culturelle du post-fascisme globaliste et mondialiste

biennale-lyon.pdf biennale-lyon.pdf

Repost 0
Published by exposition biennale art contemporain lyon culture - dans biennale de Lyon
commenter cet article
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 13:07
Revue de presse ou de revue d’art sur la biennale officielle de Lyon avec les points de vue de la BAC OUT 009. Dans cette version n°2, voici ci-dessous, un regard sur Artension n°97, Artpress n°359 et la revue Mouvement n°52. Vous trouvez cette revue de presse dans le version n°2 (corigée et modifiée) de la présentation de la biennale OUT 2009 (BAC OUT).


Dans Artension n°97 nouveau packaging, il y a un article à lire de Martine Salzmann « de l’art de la confusion » qui démonte le discours globaliste de Thierry Raspail. Il faut pour les artistes peu habitués à ce genre d’exercice critique et très formateur le lire, dommage que l’article ne commence pas par dénoncer d’abord l’idéologie ultralibérale de Thierry Raspail, car tout ce qui découle de l’éditorial de Thierry Raspail est fidèle à cette idéologie. Un éditorial totalement activiste, politique et ultra conservateur financé par l’argent du contribuable et qui situe cette biennale de Lyon 2009 en une « biennale sous propagande politique ». Donc dommage, Il faut attendre la deuxième page de son article dans Artension pour parler de cette propagande activiste, je la cite : « ce point de vue sans rigueur scientifique et contraire à la démocratie est confirmé par la présence redondante de motifs idéologiques ultralibéraux ». Son article est très intéressant et instructif et relève le niveau de pensée et d’analyse de la revue Artension. Je rappelle que la stratégie de la confusion comme je l’explique dans mon texte sur le concept confus d’ « art contemporain » est une stratégie dénoncée depuis fort longtemps par les acteurs de la lutte contre le globalisme et contre le mondialisme libéral dans le monde entier. Mais son texte ne va pas jusqu’à expliquer la préfiguration culturelle du post-fascisme comme je le fais. Dans Artpress n° 359, il y a une interview de Hou Hanru, commissaire d’exposition (pour moi, super flic) de la biennale de Lyon par Damien Sausset traduite par C.Penwarden. Á la question de Sausset à Hou Hanru ; « (...) toute biennale en Occident est aussi un processus de normalisation des productions. Comment lutte contre cela ? » Hou Hanru répond que il faut transformer l’événement entre la vie et une scène globale en citant la biennale de Lyon comme moteur. Il ne manque pas de culot le père Hou Hanru, je le cite : « chercher un en « dehors » dans un engagement critique et une négociation subversive ». C’est ce qu’il a dû faire pour son commissariat d’exposition de la biennale de Shanghai en 2000 avec les flics de la dictature chinoise sous le règne du parti unique et l’interdiction de syndicats indépendants ou d’une opposition politique chinoise digne de ce nom. Une « négociation subversive » avec l’autorisation de la direction politique du parti unique chinois !!! Partout dans le discours de cet homme on retrouve des manipulations politiques et démagogiques adressées au public français et il ose nous parler de « produire de modèles de globalisation » alors que c’est le globalisme qui se cache derrière toutes ces scènes que les acteurs du concept « confus » d’art contemporain dans ces biennales ou foires d’art internationales nomment scènes globales. Il ose parler de « modernité alternative », de « modèle d’altermondialisation », de qui se moque-t-on ? La cerise sur le gâteau, c’est ceci : « je voudrais ouvrir une brèche dans le système du spectacle pour que la « majorité exclue et silencieuse », avec toute son inventivité et sa créativité, puisse être visible et entendue. ». Au secours, les staliniens des ex partis mao français sont de retour !!! En réalité, il est comme Thierry Raspail, il se prend pour Dieu et rêve d’un nouveau réformisme culturel (car le slogan la révolution culturelle sanguinaire n’est plus à la mode) qui va offrir soi-disant dans un futur proche une voix pour les majorités silencieuses, dont acte ! Cette biennale de Lyon a un bien un rôle activiste et politique qui n’a rien à voir avec la création contemporaine. Je rappelle, ce que nous savons tous, que les majorités silencieuses sont écrasées aujourd’hui, non pas par la société de spectacle mais par des salopards des gros cartels de la finance et de l’industrie qui pillent les richesses de ce monde, enferment les peuples dans un consumérisme populiste et productiviste et qui au nom de leur dogmatisme globaliste libéral veulent semer le chaos, détruire la demande et faire un gouvernement unique mondial postfasciste. Mais même face aux pires dictatures, les biennales d’art contemporain existent et cette oligarchie culturelle mondiale globaliste nous parle de « négociations subversives » avec des bourreaux ! Á quand une biennale en Birmanie avec la junte militaire birmane ? Je suis sûr que les groupes pétroliers seront de généreux mécènes avec ce type de biennale d’art contemporain populiste comme celle de Lyon. Que des artistes acceptent ce genre d’exposition, c’est une honte ! Quelle lâcheté politique! Dans Mouvement n°52 de juillet à septembre, rien sur cette biennale, par contre, il y a un éditorial à lire signé de Jean Marc Adolphe et David Sanson, « Merde à l’indiscipline ». Ce texte dénonce certaines impostures qui sont forts similaires à celle que je dénonce dans mon texte sur la biennale officielle de Lyon. C'est-à-dire des détournements de sens, des slogans aguicheurs volés aux pratiques artistiques alternatives, aux opposants politiques au gouvernement Sarkozy ou aux opposants du globalisme, d’ailleurs des méthodes de marketing politiques utilisées par Hou Hanru et Thierry Raspail pour la biennale de Lyon. La revue Mouvement dénonce ce directeur de théâtre qui a baptisé un festival « festival des arts indisciplinaires » alors qu’il a rejoint le « conseil pour la création artistique » présidé par Sarkozy contre lequel je suis moi-même totalement opposé, ce genre de conseil que l’on retrouve sous toutes les formes de dictature pour canaliser l’art et sa diffusion. Comme le souligne la revue Mouvement, il faudrait un minimum d’intégrité. Mais, désolé chers amis, il ne faut pas rêver ! Ces méthodes ne sont que le reflet de gens intègres dans leurs sales intentions et leurs sales pratiques qui essaient par tous les moyens de rendre hybride toute forme de contestation en assassinant le sens propre à toute forme de controverse. Ils volent volontairement à ceux qui résistent à cette propagande mensongère globaliste, conservatrice et ultralibérale leurs réflexions, leurs analyses, parfois même leurs créations. Des gens sans vergogne qui s’approprient les mots clés qui pourraient rassembler, fusionner les artistes et le public dans une opposition aux injustices sociales, économiques et culturelles. Nous artistes opposants et véritables créateurs d’alternatives ne possédons pas bien sûr les budgets, les scènes, les espaces d’expositions nécessaires à nos activités artistiques car ceux qui détruisent toute forme d’intégrité sont récompensés par le ou les pouvoirs établis et ils sont remercier pour leur activisme populiste culturel et politique (d’où la création d’un conseil pour la création artistique voulu par Sarkozy). Dans ce numéro de Mouvement, vous trouverez aussi un article à lire de Bernard Stiegler sur son travail sur la dissociation, sur le populisme culturel, sur l’industrie culturel, un homme pourtant du sérail mais avec son parcours de vie fort singulier, fait de lui, quelqu’un de différent de cette junte culturelle.

Mouvement de la Nouvelle Relativité, Artjacking.
Lili-oto, aout 2009

téléchargez le texte ci-dessous de la biennale d'art contemporain de Lyon OUT

version n°3

biennale-lyon.pdf biennale-lyon.pdf


version n°1
biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf



Repost 0
Published by exposition biennale art contemporain lyon culture - dans biennale de Lyon
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 17:29
BAC  OUT  2009

Biennale d’Art Contemporain Out Lyon France 2009


biennale art contemporain lyon
Contre

 La Biennale d’art contemporain officielle de Lyon
France 2009

Contre

Thierry Raspail directeur de sa plume

-

« Tout se passe comme si rien ne se passait »

Cherchez l’erreur…
_

Art contemporain

Concept « confus »

-

NON
Á LA
PRÉFIGURATION CULTURELLE
DU POST - FASCISME
GLOBALISTE et MONDIALISTE

-


Avant propos : Ce texte n'est pas corrigé, désirant le mettre en ligne rapidement. Une deuxieme version corrigée et remodelée sera mis en ligne prochainement. Vous pouvez le télécharger, vous le trouvez en version PDF en bas de cette article ou dans la colonne de droite de ce blog. J’ai condensé en quelques pages la présentation de la situation de la création contemporaine dans les arts visuels ou les arts plastiques en France et dans le Monde. Vous expliquer à vous public, scolaires, étudiants et à certains artistes ce qui se cache derrière ce sigle commercial fumeux et fumiste d’« art contemporain », l’histoire et la fonction de ce concept « confus ». Ce texte parle des enjeux de cette biennale officielle d’art contemporain de Lyon 2009 cadenassée par Thierry Raspail autoproclamé directeur artistique alors qu’il n’a jamais rien crée de ses dix doigts et s’accorde ce titre pompeux et fantaisiste. Beaucoup d’artistes contemporains (vivants) s’insurgent contre les prix extravagants, insensés, absurdes, incohérents, irrationnels et inadmissibles de certaines œuvres d’art dans les ventes aux enchères internationales ou chez les grands marchands véreux d’art. L’art et la création artistique n’ont pas pour vocation de se vendre à de telles cotes ou à de telles sommes. Notre activité artistique n’est pas faite pour voler l’argent des salariés, des commerçants, des artisans, des retraités ou des chômeurs et permettre à de très grandes entreprises, à leurs dirigeants, aux spéculateurs, aux gros actionnaires ou aux gros et gras patrons de l’industrie ou de la finance d’aller faire les margoulins et les beaux dans les ventes aux enchères internationales en explosant le prix de vente de ses œuvres contemporaines achetées à grands coups de millions d’euros ou de dollars avec votre argent grâce aux profits juteux et à une suraccumulation abjecte des grands capitaux . Il est évident comme je m’en explique dans ce texte que cette instrumentalisation culturelle à valeur « universelle » et globaliste ultralibérale remplit une toute autre mission. Les artistes qui se plaisent à courir le monde d’expositions en expositions fiers de leurs cotations hors normes ne sont à mes yeux que les clowns de ces prédateurs sanguinaires de la finance ou de la spéculation. Sur toute la planète et surtout en France, la grande majorité des artistes vivent en dessous du seuil de pauvreté dans des pays riches et ils s’enfoncent de jour en jour dans la grande pauvreté et la précarité. C’est avec votre pouvoir d’achat que ces spéculateurs d’œuvres d’art désignés abusivement comme collectionneurs s’amusent et affinent leurs stratégies libérales globalistes, ils jouent avec ces augmentations de salaires ou ces marges refusées depuis trois décennies à vous salariés, à vous petits commerçants, à vous petits artisans ou à vous professions libérales. Mais encore plus grave, cruel et peut-être fatal, en plaçant l’argent dans des places financières offshore non soumis à l’impôt, ils volent et confisquent les moyens nécessaires pour mener à bien les travaux de la recherche, de nos scientifiques qui auront les clés de nos emplois de demain, des solutions à notre santé et ce progrès vital à notre évolution et notre éducation. Le texte politique de propagande rédigé par Thierry Raspail s’inscrit totalement dans le globalisme ultralibéral sachant que les biennales ne sont que les antichambres du marché spéculatif international sur les œuvres d’art, la fabrication de valeurs spéculatives illusoires calquées sur ces fameux subprime qui n’étaient que la fabrication de fausses valeurs boursières et qui a renforcé la crise que nous connaissons avec des délocalisations et un chômage accru. Ce texte explique le véritable rôle des institutions culturelles françaises dans les arts visuels ou les arts plastiques qui ont dans leur processus et leur mécanisme de décision au sein de leurs expositions ou d’achats d’œuvres d’art, de leurs mises en œuvre à leurs sélections d’artistes, des pratiques totalement opaques, arbitraires et discrétionnaires avec des subventions et donc avec l’argent du contribuable français. La mégalomanie obsessionnelle et démesurée de l’oligarchie culturelle française, cette junte culturelle a écarté et rejeté toute notion d’équité dans la diffusion institutionnelle et tout devoir d’inventaire impartial pour la conservation publique des œuvres contemporaines. Une junte culturelle qui a révoqué puis éliminé des champs entiers de la création actuelle française avec des atteintes irréversibles conduites avec des procédés despotiques comme à Lyon avec Thierry Raspail qui a sinistré et a évincé une très grande majorité d’artistes lyonnais avec le soutien des élus au nom de leur sale politique culturelle libérale et clientéliste.


« L’oligarchie culturelle française abreuvée de son savoir universitaire déclaré artificiellement « scientifique » mais qui n’est qu’aléatoire et ultra conservateur par le biais des institutions culturelles et artistiques françaises sectaires qui exclut les artistes qu’elle censure en France déboute ce qui se dérobe à tout jamais, l’œuvre d’art ». Lili-oto

biennale art contemporain lyon

Le concept « confus » d’« art contemporain » à visées globaliste et mondialiste.

C’est le populisme culturel qui a permis une stratégique de la confusion nécessaire à l’extension d’une culture véreuse globalisante ultralibérale administrée par de grands clubs très fermés des gros cartels mondiaux de la finance et de l’industrie. Ces pouvoirs clos ont semé le désordre, le trouble en désorganisant sur toute la planète les nations, les démocraties, leurs services publics, leurs services de santé, de justice, de commerce, d’industrie, d’agriculture, d’éducation et de la culture. Le sigle « art contemporain », terme inventé par des marchands d’art américains pour rafraîchir et rajeunir leur marketing de vente après l’art moderne auprès de leur clientèle a été le fil conducteur de cette stratégie culturelle de la confusion dans les arts plastiques ou les arts visuels. Ce concept « confus » alimente aujourd’hui la culture populiste de masse et il est un prétexte à une industrialisation culturelle de la création contemporaine, une industrie culturelle défendue par Thierry Raspail. L’art contemporain malgré les mensonges de marchands d’art, de commissaires d’exposition, de conservateurs de musée d’art contemporain, de critiques, de certains historiens d’art, n’est rien et ne correspond à aucune mouvance ou mouvement artistique ou à aucune création artistique tangible ces dernières décennies pas plus qu’un référent lié à de nouvelles pratiques artistiques. Les manipulateurs de ces grands clubs ultralibéraux internationaux ont rapidement compris que ce concept « confus » d’ « art contemporain » avait le potentiel fantastique d’un blanc-seing. Un blanc-seing culturel signé « art contemporain » à la disposition des pouvoirs économiques et politiques, des politiciens, des marchands et de certains dirigeants véreux d’administrations ou d’institutions culturelles dans le monde. Une feuille blanche comme carte blanche qui agréera cette politique ultralibérale impérialiste tout en colonisant au nom d’un concept flou et malléable « art contemporain »  les communautés d’artistes et surtout la création contemporaine en contrôlant sa diffusion artistique dans un flux inodore, insipide et soporifique. L’ultralibéralisme et les globalistes ou les mondialistes ne peuvent conquérir la planète culture qu’en anesthésiant les peuples y compris dans la création contemporaine par le contrôle de son espace spécifique de diffusion soumis au dictat de la dissociation et d’un « blanc state ». Pour sa bonne gouverne, il lui faut un blanc-seing régi par un concept « confus », vaporeux, mou, informel et canalisateur. La faculté d’un concept « confus » est de semer la confusion pour temporiser les oppositions puis les gommer. L’hégémonie d’un concept « confus » sur la culture va désorganiser puis désagréger ces dernières décennies les oppositions culturelles entre le conservatisme – progressisme,  progressisme – révolutionnaire, gauche – droite, artistes – acteurs culturels puis plus grave entre art – culture pour affirmer la prédominance du puritanisme culturel anglo-saxon sur la tradition libertaire de la création artistique française, italienne, allemande, russe, autrichienne, espagnole, catalane, nordique, slave et de certains pays asiatiques. La culture globaliste ou mondialiste (à ne pas confondre avec mondialisation) ne conçoit plus l’art comme une entité mais comme un simple relais culturel, une démarche culturelle, un faire valoir économique et idéologique ou voir comme pour les biennales d’art contemporain, de simples escales culturelles. Les biennales d’art contemporain ne sont que les antichambres des grandes foires internationales, une vitrine payée par l’argent public pour les poulains ou futurs poulains des marchands ou agents d’art à la recherche de profits juteux. Cet effondrement d’entité pour l’art équivaut à un renversement d’autorité où l’artiste n’est plus maître de son destin, de sa création et rayure sa conscience. Cette privation d’entité cible en premier lieu l’unité et l’harmonie de l’artiste et de ses œuvres, une perte commanditée par l’oligarchie culturelle mondiale qui biaise et voile le droit éthique et moral de l’auteur créateur sur sa propre production artistique et sa diffusion. Les cultures globalisantes sous le couvert de culture globale et soi-disant « universelle » ont toujours eu pour objectif que se soit sous cet ultralibéralisme despotique (certainement post-fasciste) dans lequel nous vivons ou sous les différents fascismes (hitlérien, mussolinien, et ses cousins ; le stalinisme (le réalisme socialiste), le maoïsme (révolution culturelle) de couper les fondations et les assises de l’art et de la création. Ce globalisme ultralibéral a pour mission de fragmenter la création contemporaine, de diviser, déstabiliser et désorganiser les fauteurs de trouble à l’ordre établi, les artistes et leur maudite liberté de ton et de création fortifier par le concept d’un « en dehors » ou d’un « ailleurs », inventeurs de leur propre codes, signes, symboles ou biotopes et d’une déduction complexe car singulière et du sensible et du sublime. Certains d’entre-nous ont été choqués de voir ce basculement si rapide dans la création contemporaine des avant-gardes artistiques marquées très à gauche à ce nouveau colonialisme économique libéral et sauvage globaliste d’après guerre mais la plupart des avant-gardes possédaient déjà en elles le principe et la substance d’une culture globalisante où se cachait dans sa queue son venin globaliste, in cauda venenum…


Création contemporaine objective.

Cette oligarchie culturelle par sa main mise presque totale en France sur les espaces de diffusion dignes de ce nom transforme la création contemporaine en une expérience socialement organisée, organisable et manipulable. Thématiques, installations démesurées avec cahier des charges à peine voilé, commissaires d’exposition, contraignent l’œuvre à leur discours et à une pensée extérieure à celle de l’auteur créateur. Elle sous-entend de fait que la création contemporaine est organisable par une expérience socialement organisée et extérieure à la pratique de l’expérience esthétique. Cette pensée extérieure supplétive qui ne relève donc pas des champs de l’expérience esthétique ni de la pratique artistique de l’auteur créateur et encore moins de sa liberté de conscience et d’expression présuppose que l’œuvre dans sa destinée originelle et son essence renferme une existence extérieure et indépendante de son créateur. Une existence extérieure qui édicte certains préceptes fondamentaux qui organisent l’œuvre comme le fruit d’une expérience collective socialement harmonisée. Cette forme organisatrice restreint les champs de l’expérience esthétique et la délimite comme un ensemble de propriétés sous-entendant l’existence originelle d’un jugement concordant et déterminant qui objective la création en un processus socialement organisable, concerté et harmonisé comme nous le trouvons dans le design ou les arts appliqués. Une drôle de conception de la création qui affirme de fait le postulat que tout œuvre d’art possède en soi une réalité objective indépendante de la pratique de l’expérience esthétique et des propriétés intrinsèques de l’oeuvre. Par déduction, l’essence de l’œuvre est donc constituée d’un ensemble de propriétés dont cette réalité objective par laquelle les institutions, commissaires d’expositions, les commanditaires s’introduisent dans le processus de création. Malheureusement l’immixtion, l’ingérence ou l’intrusion extérieure à l’ensemble des propriétés intrinsèques de l’œuvre ne relèvent pas d’une propriété constitutive de l’œuvre, ne fait pas parti de sa substance ou de la somme de ses substances mais bien d’un acte, et cet acte ne peut-être que fruit d’un idéalisme ou d’un dogmatisme subjectif qui ne laisse aucune préexistence à une quelconque réalité objective. Cette oligarchie conçoit l’œuvre comme le fruit d’une création contemporaine objective harmonisée, socialisée et concertée qui nie objectivement que l’œuvre procède exclusivement d’une pratique artistique spécifique de l’expérience esthétique qui en est sa véritable source même si elle artistiquement collective ou le fruit de plusieurs artistes. Cette conception de la création contemporaine objective obscurcie l’art et répudie la notion d’auteur créateur. Cette conception rétrograde que nous avons connu sous le fascisme ou le stalinisme et avec certaines avant-gardes dites révolutionnaires mais plutôt staliniennes, alimente, nourri, ce concept « confus » d’ « art contemporain » pour satisfaire un dogmatisme libéral globaliste populiste qui ne vit et s’accroît que sur les décombres et les ruines économiques de sa stratégie mondialiste et globaliste de la confusion économique, politique et culturelle dans nos populations et nos civilisations.
Téléchargez le texte ci-dessous de la biennale d'art contemporain de Lyon OUT

biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf

biennale art contemporain lyon
Repost 0
Published by exposition biennale art contemporain lyon culture - dans biennale de Lyon
commenter cet article

Présentation Biennale Lyon Out

  • : la biennale de Lyon
  • la biennale de Lyon
  • : La biennale de Lyon d'art contemporain 2015 bac out est une biennale dissidente d'artistes qui contestent la politique culturelle affairiste de Gérard Collomb et Thierry Raspail
  • Contact

BIENNALE DE LYON 2011

 ILS NOUS VOLENT NOS DROITS DE PAROLE, NOTRE DROIT D'EXPRESSION CULTURELLE SELON NOS PROPRES PRATIQUES et MODES D'EXPRESSIONS :

  APPARATCHIK
COMMISSAIRE D'EXPOS
CURATEUR
CONSERVATEUR
CRITIQUE
SPECULATEUR
MARCHANDS VEREUX
LES PETITS CHEFS DE
L'ART CONTEMPORAIN 2013

ci-dessous le 1er communiqué de la
BAC OUT 2009
biennale-lyon.pdf biennale-lyon.pdf

LINK BIENNALE IN ENGLISH

Lyon Biennial of Contemporary Art Out  ART AND LYON BIENNALE 2009

PRESSE bIENNALE out /Clik sur le document pour le lire :


notre biennale de Lyon

lyon art biennale

Biennale De Lyon 2011 Et 2009